Une claque. C’est ce à quoi s’est apparentée la crise sanitaire pour certains détaillants: avec les fermetures de commerces non alimentaires imposées pour lutter contre la pandémie, du jour au lendemain Internet devenait l’unique canal de vente. Certains – les plus petits, plus agiles – y ont vu la chance de percer dans l’e-commerce. Mais pour les grandes enseignes orientées mode et habitat, qui souffrent d’une érosion continue de leurs ventes depuis plusieurs années, la situation s’apparente à un réveil douloureux.