Au quotidien, la reconnaissance faciale est présente sous diverses formes en Suisse. Plusieurs banques, comme UBS et Credit Suisse, la proposent via une application sur smartphone pour accéder à un compte ou pour confirmer une autorisation de paiement. A l’aéroport de Zurich, des bornes permettent aux voyageurs d’effectuer le contrôle de leurs passeports de manière autonome depuis septembre 2017. Les utilisateurs de l’iPhone X sont sans doute ceux qui y sont le plus habitués. Le Face ID du smartphone d’Apple permet à ses utilisateurs de déverrouiller leur appareil à l’aide d’une image en trois dimensions enregistrée au préalable à l’aide d’une caméra infrarouge.

Cette technologie de reconnaissance faciale a un lien avec la Suisse. En février 2018, la société autrichienne AMS qui fabrique les capteurs 3D utilisés par Apple, a racheté la start-up KeyLemon basée à Martigny (VS). Un rachat destiné à intégrer les compétences de la société dans la conception de logiciels pour la reconnaissance du visage. Fondée en 2008, cette jeune pousse est issue de l’Idiap, institut consacré à la recherche sur l’intelligence artificielle, installé lui aussi à Martigny. L’institut de recherche compte environ 90 chercheurs, doctorants et ingénieurs.