Martin Bouygues a, de nouveau, été fidèle à sa méthode: la discrétion et la ténacité, au service d’une implacable volonté de puissance. Entré lundi en négociations exclusives pour l’acquisition du groupe M6, le patron du groupe Bouygues-TF1 vient, à 69 ans, de parachever le rêve de son père Francis qui, en 1987, avait raflé la «Une» lors de sa privatisation, face au groupe Lagardère, donné favori.