Reviendra, reviendra pas? Pour ceux qui en doutaient encore, Martin Ebner joue à nouveau un rôle en vue dans l'économie suisse. Le financier de Schwyz, qui a laissé une ardoise de 650 millions de francs à ses créanciers après avoir évité la faillite de son groupe BZ, veut vendre sa participation d'environ 20% du capital du réassureur zougois Converium au groupe français Scor, et rendre possible l'achat hostile de ce dernier sur le groupe suisse. En moins de quatre ans, l'homme d'affaires déchu s'est reconstitué une fortune de près d'un demi-milliard, selon les estimations de Bilanz.

Stratégie risquée

Au sommet de sa gloire en 2000/2001, le groupe BZ contrôlait quelque 30 milliards de francs de participations. Martin Ebner a orchestré la naissance de la plus grande banque suisse UBS, ou le rachat de l'assureur Winterthur par Credit Suisse, cédé à Axa l'an passé. Victime de la chute des marchés et de sa stratégie d'investissement risquée, le groupe de l'homme au nœud papillon était endetté à hauteur de 6 milliards en 2002, avec des actifs inférieurs à plusieurs centaines de millions. A suivi la vente de ses fonds «visions» à la BCZ, et de ses participations, entre autres dans ABB, Rieter et Credit Suisse.

Malgré cette descente aux enfers, Martin Ebner avait réussi à sauver le cœur de son empire en rachetant pour 30 millions le groupe BZ, avec son épouse Rosmarie et deux cadres.

Renommée Patinex AG fin 2005, cette société d'investissement de Wilen (SZ) détenue pour moitié par Rosmarie et Martin Ebner a acquis entièrement la compagnie aérienne zurichoise Helvetic Airways à la fin de l'année passée. L'entreprise fondée en 2003 ne communique pas son chiffre d'affaires ou son bénéfice. Elle emploie 120 personnes et dessert 19 destinations avec ses quatre Fokker-100 en leasing.

En plus de la participation d'un peu moins de 20% dans Converium, Patinex possède près de 48% de la société immobilière Intershop qui vaut 661,5 millions à la Bourse suisse. Martin Ebner possède des avoirs immobiliers en Autriche pour plusieurs dizaines de millions.

Le couple Ebner détient directement 60% de la banque BZ Bank AG à Wilen (SZ), le reste étant la propriété du management, soit principalement Ralph Stadler (10%), et le neveu de Martin, Manuel Ebner (6%). La banque, dont la fonction consiste à ficeler des paquets d'actions d'entreprises suisses ou européennes pour des investisseurs, réalisait un bénéfice net de 20,5 millions fin novembre 2006.

Du coup, la banque de Martin Ebner apparaît dans des transactions récentes qui participent au changement de visage de l'économie helvétique. Elle a fait plusieurs fois passer sa participation dans Saurer au-dessus et en dessous de 5% de son capital-actions, notamment juste avant le rachat du producteur de métier à tisser par OC Oerlikon. Laxey, un véhicule d'investissement qui avait permis cette transaction en vendant son paquet à Oerlikon, détient 20,35% de Swissmetal, où OZ Bankers (actuellement Valoris), une ancienne filiale de BZ, détenait il y a peu plus de 5% du capital.