Martin Ebner lâche Roche. Sa société de participations Pharma Vision a vendu la totalité des titres qu'elle détenait dans le groupe pharmaceutique. A la fin du premier semestre les titres de Roche représentaient encore 21,6% du portefeuille de Pharma Vision. Le groupe BZ, qui contrôlait avant la transaction 16,2% des droits de vote de Roche, reste tout de même, après les familles fondatrices Hoffmann et Oeri-Hoffmann, le principal actionnaire de la société. Fin juin, le montant total des participations de Pharma Vision dans Roche atteignait en effet 517 millions de francs alors que la valeur de l'ensemble des actions Roche détenues par le BZ Group dépassait allègrement les 7 milliards de francs en février dernier. «Nous détenons encore plus de 10% du capital de Roche», affirme Kurt Schilktnecht, membre du conseil d'administration du BZ Group.

La relation entre Martin Ebner et la société pharmaceutique a occupé périodiquement le devant de la scène médiatique ces derniers mois. A maintes reprises, le financier au nœud papillon a réclamé la création d'une action unique chez Roche. De plus, il a demandé à pouvoir siéger au sein du conseil d'administration, au titre de sa fidélité d'investisseur au groupe bâlois. Deux requêtes qui lui ont été refusées. «Ces éléments ont certes joué un rôle dans notre décision, mais d'autres facteurs ont également pesé comme par exemple l'impossibilité de faire des prévisions en matière de profits. Nous ne savons pas comment va évoluer la situation de la société et ne voulons pas faire courir ce risque aux actionnaires de Pharma Vision», affirme Kurt Schiltknecht, qui refuse cependant de dire si d'autres actions de la société bâloise vont être cédées.

Début juillet, Martin Ebner s'est en tout cas montré très critique, déclarant à l'occasion de la présentation des résultats semestriels de son groupe: «Roche et Novartis commencent à jouer dans la deuxième division du marché pharmaceutique.»

Pour sa part, Roche n'a souhaité prendre position sur l'annonce de la vente du paquet de titres par Pharma Vision. «Nous ne commentons pas les décisions des actionnaires d'acheter ou de céder des participations», a relevé Daniel Piller, porte-parole du géant bâlois. La question de savoir si la direction de Roche a eu vent du projet du groupe BZ restait ouverte lundi soir.