L’Europe est bien en retard, aux yeux du docteur Martin Haemmig, réputé pour ses nombreuses analyses du marché du capital-risque dans le monde. Ce chercheur, qui voyage trois à quatre mois par an en Asie et autant en Amérique et en Europe, identifie les nouvelles tendances en matière d’innovation et de capital-risque.

Cet analyste du capital-risque enseigne aussi bien à Stanford qu’à l’EPFZ, l’Insead, en Inde et en Chine. Il s’exprime ce lundi à Zurich, lors de la Generations Conference organisée par la CFA Society Switzerland, en collaboration avec SECA (Swiss Private Equity & Corporate Finance Association), l’association faîtière suisse des investisseurs en capital pour les entreprises non cotées et de l’industrie de la finance d’entreprise.