Capital-risque

Martin Haemmig: «Suisses, réveillez-vous et investissez!»

Le professeur adjoint Martin Haemmig, fort d’une analyse de 380 000 jeunes pousses dans le monde, déplore le retard accumulé par l’Europe et la Suisse en matière de capital-risque par rapport à la Chine et aux Etats-Unis. Le chercheur parle d’une «tragédie»

L’Europe est bien en retard, aux yeux du docteur Martin Haemmig, réputé pour ses nombreuses analyses du marché du capital-risque dans le monde. Ce chercheur, qui voyage trois à quatre mois par an en Asie et autant en Amérique et en Europe, identifie les nouvelles tendances en matière d’innovation et de capital-risque.

Cet analyste du capital-risque enseigne aussi bien à Stanford qu’à l’EPFZ, l’Insead, en Inde et en Chine. Il s’exprime ce lundi à Zurich, lors de la Generations Conference organisée par la CFA Society Switzerland, en collaboration avec SECA (Swiss Private Equity & Corporate Finance Association), l’association faîtière suisse des investisseurs en capital pour les entreprises non cotées et de l’industrie de la finance d’entreprise.