Innovation

Le MassChallenge suisse a récolté 450 projets d’innovation

La première édition suisse du plus important accélérateur mondial de start-up clôt ses inscriptions avec près d’un demi-millier participants

450 projets venus de plus de cinquante pays: l’accélérateur de start-up américain MassChallenge a trouvé du répondant en Suisse. Les inscriptions au programme local, lancé pour la première fois en février dernier au campus Biotech de Genève, viennent d’être closes. Avec un nombre «impressionnant» de participants, de l’avis de ses organisateurs. «C’est la confirmation du besoin d’avoir un accélérateur structuré dans notre région, réagit Benoît Dubuis, superviseur du programme en Suisse et directeur du campus Biotech. C’est aussi la reconnaissance de la qualité de l’écosystème d’innovation en Suisse.»

Lire aussi: «La Suisse pourrait perdre sa place de leader de l’innovation»

Car l’écosystème en question attire. Les projets inscrits dans l’espoir d’être sélectionnés pour être accélérés viennent de partout. D’Europe, d’Amérique, d’Afrique. Des Etats-Unis, d’Israël, du Nigeria. Mais ce sont les jeunes pousses suisses qui sont les plus nombreuses, puisqu’elles représentent plus de 40% des participants. Avec une région lémanique particulièrement active dans l’innovation: les cantons de Vaud et de Genève figurent, avec Zurich, dans le top 3 des plus représentés. «Cela prouve qu’il y a encore des gens prêts à se lancer dans des projets inédits et cela permet d’instiller dans la société une dynamique entrepreneuriale indispensable», commente Benoît Dubuis.

L’Internet des objets est omniprésent

Parmi les 450 projets en lice, une majorité d’innovations se trouvent dans les secteurs du high-tech et des sciences de la vie. L’utilisation de l’Internet des objets est pour sa part au cœur de beaucoup de projets. N’en demeure pas moins une diversité d’idées qui a surpris les organisateurs du programme. «Il n’y a pas plus d’un projet sur 100 dont j’avais entendu parler auparavant», s’exclame Benoît Dubuis. Une application pour mettre en contact des célébrités avec leurs fans via des conférences vidéo, des chaussures en laine à portersans chaussettes, une tablette exclusivement pour non-voyants… «Des idées aussi novatrices que solides», affirme le superviseur.

Et solides, elles se doivent de l’être pour passer entre les mailles du filet de la sélection du programme. Une première étape permettra de faire le tri parmi les 450 projets, pour n’entretenir plus que 150. En mai prochain, ces projets seront auditionnés lors d’un second tour, devant plus de 100 juges, qui en sélectionneront environ 80. L’impact que pourrait avoir le projet sur la société et son côté innovant seront des critères déterminants.

A fin juin, on accélère

Les heureux élus profiteront du programme d’accélération dès fin juin, pendant 4 mois, à Renens. Locaux gratuits, accès à un réseau international de contacts, formations et coaching de la part de professionnels. Si ces derniers offrent leur soutien gracieusement, c’est aussi dans l’espoir de pouvoir repérer les talents et quelles sont les idées en vogue. Un million de francs sera distribué aux vainqueurs, désignés en octobre.

Le programme MassChallenge se déclare comme le plus «important» du monde, mais aussi le plus «start-up friendly», puisqu’il a la particularité d’offrir un programme de soutien aux jeunes pousses sans en attendre de contrepartie. Né à Boston en 2010, le programme s’est ensuite exporté à Londres et à Jérusalem. Il se déploie aujourd’hui en Suisse et au Mexique.

Lire aussi: Deux start-uppers suisses racontent leur expérience au MassChallenge

Publicité