Innovation

MassChallenge Suisse récompense six lauréats

L’accélérateur de start-up a bouclé son premier concours. Treize jeunes pousses innovantes ont bénéficié de soutien — infrastructure et conseil — durant quatre mois à Renens

Mariam Kabbaj, pharmacienne, et Vincent Forster, ingénieur biomédical et pharmacien, ont mis au point une gamme de thérapies pour traiter les maladies de foie. Leur innovation permettra d’allonger l’espérance de vie des malades en insuffisance hépatite aiguë de plusieurs années. Il reste encore les tests précliniques qui seront effectués sur des cochons. Si tout va bien, le traitement sera administré aux premiers patients en 2018 à titre expérimental. La commercialisation suivra dans les cinq ans, une période relativement courte par rapport à d’autres médicaments dont la trajectoire du laboratoire à la mise sur le marché peut prendre jusqu’à quinze ans. Pour cette ultime étape, les deux jeunes scientifiques s’en remettront à une entreprise pharmaceutique. Mariam Kabbaj et Vincent Forster pensent d’ores et déjà au développement de futures thérapies.

450 projets au départ

Versantis, leur société basée à Zürich, est l’un des deux lauréats qui ont été primés mardi par MassChallenge (Suisse), accélérateur de start-up installé dans les anciens locaux des imprimeries IRL, dans la zone industrielle à Renens. Le verdict du jury a conclu son premier concours lancé en début d’année en Suisse. Sur les 450 projets présentés, 70 ont été retenus dans un premier temps. Par la suite 13 d’entre eux ont passé la rampe et participé à la grande finale. Outre Versantis, la jeune pousse française machiIQ, une plateforme de soutien technologique destiné à l’industrie, a aussi touché un prix de 100 000 francs. Les concurrents ont eu quatre mois pour prouver leur potentiel en termes d’innovation et de viabilité économique.

Quatre autres jeunes pousses innovantes ont remporté chacun 50 000 francs. A savoir SwissDeCode (Genève) qui a mis au point une technologie pour contrôler la qualité des produits de consommation; Taste of Kenya (Royaume-Uni) qui veut créer des liens efficaces entre les producteurs kényans de café et les torréfacteurs internationaux, TwentyGreen (Suisse), inventeur d’une nourriture animale durable et enfin, Xsensio (Suisse) qui a mis en place un capteur capable de traquer toute présence biochimique sur la peau.

Lire aussi: Le MassChallenge a récolté 450 projets

Les sept autres finalistes, actifs dans divers domaines (drones, vision dans des conditions difficiles, capteurs de mouvements, tissus technologiques, programme informatique pour gestion immobilière, réhabilitation des personnes victimes d’accident cérébral et capteur par la voie olfactive) continueront à bénéficier du soutien de MassChalenge pendant une année.

Pays d’excellence technologique

De quoi s’agit-il au fait? Ce programme à but non lucratif veut donner une impulsion aux entrepreneurs-innovateurs en herbe en leur apportant un soutien en termes d’infrastructures, de conseil et expertise et éventuellement, une contribution financière. Après avoir fait ses preuves aux Etats-Unis, MassChallenge s’est exporté au Royaume-Uni, au Mexique, en Israël et en Suisse. «Vous êtes un pays d’excellence technologique, d’innovateurs et d’entrepreneurs, explique Diane Perlman, responsable marketing de l’ensemble des programmes. Selon des chiffres publiés mercredi par l’ATS, le nombre de créations d’entreprises a crû de 4,1% en Suisse romande de septembre 2015 à septembre 2016.

«Notre objectif est de consolider l’économie locale, poursuit Diane Perlman. Les start-up sont les nouveaux créateurs d’emplois qualifiés. Contrairement à d’autres incubateurs, MassChallenge se fait financer par des partenariats publics et privés. Surtout, nous ne prenons pas de participation dans le capital des nouvelles entreprises.»

Publicité