«Une cellule de crise a été mise en place.» On sait souvent que ces quelques mots qu’on lit régulièrement dans les médias signifient que des psychologues d’urgence sont à l’œuvre. Ce qu’on sait moins, c’est que de telles interventions sont aussi possibles dans le milieu de l’entreprise. En Suisse, une centaine de personnes sont actuellement reconnues comme «spécialistes justifiant de qualifications complémentaires en psychologie d’urgence».

Mathieu Golano, psychologue du travail à la Clinique du travail à Morges, est l’un d’entre eux. Il détient aussi la casquette de psychologue d’urgence depuis 2017: il intervient plusieurs fois par mois pour prévenir ou tenter de guérir des drames, survenus dans le cadre du travail ou qui, du moins, risquent d’avoir un impact sur le bien-être des collaborateurs et collaboratrices.