Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Selon Finance Watch, les marchés financiers doivent jouer un rôle accru dans le financement de projets durables, dans la production d'énergies renouvelables par exemple.
© VALENTIN FLAURAUD/KEYSTONE

Environnement

En matière d’écologie, Zurich et Genève sont dépassées par Londres et Paris

L’organisation Finance Watch et ses partenaires, dont la fondation suisse pour la biodiversité Mava, publient le premier classement de l’engagement écologique des grandes places financières

Les deux principales places financières suisses, Genève et Zurich, se classent en bonne position en matière de finance durable. Dans un classement rendu public mercredi par Finance Watch, un groupe d’analystes critiques de la planète finance basé à Bruxelles, Zurich occupe le 8e rang du point de vue quantitatif et également le 8e sur le plan qualitatif. Sur ces mêmes tableaux, Genève pointe aux 26e et 16e rangs.

Lire aussi: La durabilité à l’aune des «green bonds» genevois

Ce classement basé sur le Global Green Finance Index (GGFI) est réalisé à l’initiative de Finance Watch et ses partenaires, notamment Mava, une fondation philanthropique suisse qui s’investit dans la conservation de la biodiversité. «Nous sommes heureux de participer à cet exercice, déclare son président, André Hoffmann. Nous sommes impressionnés que des places financières importantes comme Paris, Luxembourg ainsi que des villes chinoises occupent le haut du classement.» La fondation espère qu’à l’avenir, d’autres centres financiers participent à l’exercice.

Aussi crédible que Transparency International

«Le GGFI est calculé à partir des perceptions de la société sur l’engagement écologique de la finance, explique Benoît Lallemand, secrétaire général de Finance Watch. Notre travail est comparable à celui de Transparency International, qui publie son rapport annuel sur la corruption.»

Lire également: La finance durable, un atout pour Genève

Pour cette première édition, Benoît Lallemand se dit satisfait du travail accompli, ce d’autant plus que la planète finance reste relativement opaque. Selon les perceptions qui sont récoltées et analysées à la lumière des critères et faits établis (éducation financière, montants d’émissions d’obligations vertes), la City arrive en première place sur les deux tableaux (quantitatif et qualitatif).

«Sans doute parce qu’il y a un grand nombre d’acteurs financiers qui entretiennent un lien direct et constant avec elle», explique le secrétaire de Finance Watch. Elle est suivie, dans le classement quantitatif, par Luxembourg, Copenhague, Amsterdam et Shenzhen. Qualitativement, les viennent-ensuite sont Amsterdam, Bruxelles, Hambourg et Paris. Sur un total de 46 places financières analysées, Moscou arrive deux fois dernière.

Zurich et Genève pas si loin des premiers

Selon Benoît Lallemand, Zurich et Genève occupent des rangs honorables, dans la mesure où l’écart avec le haut du classement n’est pas énorme. «Mais il y a aussi des faits objectifs qui expliquent pourquoi elles ne sont pas parmi les premières, poursuit-il. Par exemple en 2017, les entreprises suisses ont émis des obligations vertes à hauteur de 750 millions de francs.»

A titre de comparaison, les entreprises suédoises ont levé 5 milliards. Autre explication: dans l’ensemble, les sociétés cotées à la bourse suisse émettent plus de gaz carbonique par rapport à d’autres pays européens, selon une récente étude réalisée par la société de conseil Corporate Knights.

Lire aussi: Stefano Battiston: «Dans la finance durable, il y a aussi beaucoup de marketing»

«Après cette première édition, le GGFI ira en s’améliorant au fil des années, assure le secrétaire général de Finance Watch. Mais par-dessus tout, nous voulons un vrai développement de la finance durable. A présent, elle est insignifiante par rapport aux émissions d’obligations d’Etat et d’entreprises.» Selon lui, la financiarisation de l’économie a plutôt contribué à accélérer la dégradation de l’environnement. Et de conclure: «La lutte contre le changement climatique est un défi qui demande définitivement beaucoup plus d’attention.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

Pourquoi les smartwatches finissent-elles dans les tiroirs des tables de nuit?

Les smartwatches sont à la mode. De nombreuses marques horlogères lancent leur modèle (Apple, TAG Heuer, Samsung, etc.). Mais ces montres connectées ne semblent pas techniquement abouties. Nos explications

Pourquoi les smartwatches finissent-elles dans les tiroirs des tables de nuit?

n/a