Le coton a atteint ses plus bas niveaux depuis fin 1986 et traite autour de 50 cents par livre. Les niveaux actuels représentent une baisse d'environ 25% par rapport au haut de l'année début mars.

A cette époque de l'année, l'emblavure du coton est terminée dans les principaux pays producteurs (Chine, Inde, Etats-Unis) et les récoltes com-

menceront au mois d'août. Les estimations 1998/99 du USDA (Département de l'agriculture) tablent sur une réduction des stocks mondiaux de 100 000 balles de coton (1 balle = 480 livres). Il ne faut pas pour autant en déduire une pression sur l'offre car les stocks mondiaux actuels s'élèvent à environ 40 millions de balles, ce qui représente près de six mois de consommation mondiale.

Les prix du coton pourraient augmenter pour plusieurs raisons. Tout d'abord les récoltes n'ont pas commencé et même si les prévisions sont bonnes, le coton n'est pas encore stocké et l'avenir n'est jamais certain. La reprise économique en Asie pourrait amener un surplus de consommation par rapport à l'année passée. Le prix du polyester est à la hausse et le prix du coton physique est attractif. On estime que les positions à la baisse sur le marché à terme sont détenues par des spéculateurs pour environ 35%, elles seront rachetées tôt ou tard.

Même si ces facteurs haussiers sont nombreux il ne faut pas négliger le poids du stock mondial qui se situe chaque année entre 26 et 40 millions de balles depuis plus de dix ans et qui pèse sur le prix du coton.

Nous pensons que la zone 48,50/47,50 représente un support majeur qui devrait tenir à moyen terme et un retour à 58,00 semble probable.

* GNI SA.