Mi-décembre, le cacao faisait un bas à 674 USD la tonne sur la Bourse de New York. Ce niveau correspondait exactement à celui atteint 28 ans plus tôt en septembre 1972. Jusqu'au 5 janvier, les cours sont restés entre 720 et 760 USD, puis en neuf séances, ils ont explosé pour faire un haut à 1055 USD! La violence du retournement s'explique par l'analyse technique et la cassure de niveaux importants à 800 et 846 USD. En passant au travers des 929 USD, confirmation du mouvement, le marché s'est emballé avec le retour des fonds sur matières premières un an après l'avoir abandonné. L'analyse fondamentale est également en faveur d'un retournement de tendance pour les prochains mois.

Il arrive moins de cacao dans les ports ivoiriens pour l'exportation alors que le flux devrait être massif en cette période; et la qualité n'est pas là (taux d'humidité entre 9 et 10% alors que le maximum autorisé est 8%). La situation politique en Côte d'Ivoire qui conduit la main-d'œuvre étrangère à quitter les fermes explique en partie ces problèmes d'approvisionnement. Mais il semblerait que la cause principale soit une pénurie momentanée de cacao de qualité dans le pays.

De plus, la récolte prochaine devrait être en baisse, les dernières estimations tablant sur une production de 950 000 tonnes. L'annonce, il y a quinze jours aux Etats-Unis, d'une baisse de la trituration de cacao de 1,9% au cours du dernier trimestre a fait baisser les cours de plus de 5% dans la première heure de trading pour rebondir les jours suivants. Le marché devrait maintenant revenir une seconde fois vers 935-870 USD et consolider sur ces niveaux avant de repartir plus haut. Les replis sont donc des opportunités pour acheter le cacao. Les résistances se situent à 1100 et 1200 USD et la cassure de cette dernière nous amènera vers 1500 USD à moyen terme. Les mouvements sont rapides et de grande amplitude. Ainsi la volatilité sur deux mois est à 40%, mais l'achat de call sur juillet reste un bon moyen de jouer la hausse.