Horlogerie

Maurice Lacroix renonce à la foire de Bâle

Nouvelle défection pour Baselworld. La marque jurassienne Maurice Lacroix a annoncé lundi dans un communiqué qu’elle ne participerait plus à la foire horlogère

Une de plus. Maurice Lacroix a annoncé lundi son intention de quitter Baselworld. Après trente années à faire le pèlerinage bâlois à chaque mois de mars, la marque jurassienne basée à Saignelégier ira désormais au bout du lac Léman.

Lundi, elle a annoncé qu’elle serait présente sur l’île Rousseau entre le 14 et le 17 janvier 2019 – soit durant les dates du Salon international de la haute horlogerie, qui se tient à Palexpo.

Pour la foire horlogère bâloise, c’est un nouveau coup de massue. Swatch Group (et ses 18 marques) a annoncé fin juillet qu’il quittait la manifestation. Cet automne, Raymond Weil puis Corum ont également fait défection.

Contacts «excellents» avec Bâle

«L’industrie horlogère est constamment en train d’évoluer, comme les attentes des clients de l’entreprise, assure par téléphone le directeur général, Stéphane Waser. Avant, en termes de lancement, il y en avait un à Baselworld et un à la fin de l’année. Mais nous avons l’impression que nos clients veulent des rythmes de lancement plus rapides…»

Le patron tient à préciser que les contacts avec la nouvelle direction de Baselworld – le président Michel Loris-Melikoff est entré en fonction au début de l’été – ont été excellents. «Avant, nous n’avions quasiment aucun contact, mais nous avons beaucoup discuté ces dernières semaines.»

Lire aussi: En pleine révolution, Baselworld change de patron (25.05.2018)

La marque jurassienne est actuellement en train de repenser son modèle. Alors qu’elle avait fait ses preuves dans le quartz durant les années 1990, Maurice Lacroix a entamé une montée en gamme mécanique au tournant des années 2000… avant de faire marche arrière quelques années plus tard. Aujourd’hui, l’entreprise travaille sur le segment du moyen de gamme (1000-3000 francs).

Lire aussi: Notre chronique horlogère sur Maurice Lacroix

En choisissant les dates du SIHH et la ville de Genève, la marque Maurice Lacroix essaie-t-elle de viser une clientèle davantage tournée vers le haut de gamme? «Nous aurons un lancement qui est dans le haut de gamme créatif, quelque chose de très horloger, soutient Stéphane Waser. Pour le groupe que l’on cible, ce moment et ce lieu seront parfaits.»

Maurice Lacroix appartient depuis 2011 au conglomérat diversifié DKSH, basé à Zurich. En 2015, la marque horlogère a été mise en vente mais aucun accord n’a été signé jusqu’à présent.

Publicité