Quel avenir pour les MBA? Chaque mois de septembre, Le Temps liste – ce n’est pas un classement – les programmes destinés aux cadres, pour que les intéressés puissent se faire une idée de l’offre abondante qui existe en Suisse.

Il y a les MBA (Master in Business Administration) axés sur la gestion, souvent perçus comme un moyen de donner un coup d’accélérateur à sa carrière, qui comptent plutôt des participants de 25 à 30 ans. Mais aussi les EMBA, Executive Master in Business Administration, destinés aux cadres autour de 40 ans et ayant davantage d’expérience professionnelle.

Nos pages spéciales et classements des MBA (en PDF, gratuit)

Des changements plus pérennes?

Le monde de la formation, comme tant d’autres, a été bouleversé par la crise du coronavirus. Et ces programmes de haut niveau en particulier, et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, en raison de leur dimension fondamentalement internationale: les participants viennent du monde entier, ce qui a nécessité d’importantes réorganisations. Mais aussi le fait que nombre d’institutions proposent des séjours à l’étranger en Chine, aux Etats-Unis ou encore au Brésil pendant le cursus, qui ont évidemment dû être reportés et repensés.

Lire aussi: MBA: les voyages d’études remis en question

Ces bouleversements vont-ils amener à des changements plus pérennes, soit davantage de flexibilité, avec des enseignements en ligne ou hybrides, des voyages plus proches ou de nouveaux enseignements adaptés aux besoins inédits en matière de gestion? Le répertoire à suivre permet de donner un aperçu des tendances, mais l’avenir pourrait bien réserver des surprises.