carrières

Médecin, psychologue, journaliste: ces métiers qu'on ramène à la maison

Pour de nombreux actifs, la frontière entre vie privée et vie professionnelle est toujours plus mince. Mais dans certains métiers, il est particulièrement difficile de décrocher

«Il ne faut pas ramener le travail à la maison.» Une recommandation que l'on entend souvent. Que faire alors lorsque l'on continue d'être associé à son métier, même une fois la porte du bureau refermée? Avec les nouvelles technologies et l’éclatement du temps et des lieux de travail, la démarcation entre les activités personnelles et le travail est de plus en plus floue. C’est ce que montre notamment une étude de Page Group, parue en 2018. Plus des deux tiers des personnes interrogées, qui vivent en Suisse, disent avoir travaillé en dehors des heures de travail officielles.

Mais pour certaines professions, il est encore plus complexe de faire la part des choses entre privé et professionnel. Parmi elles, les médecins, les psychologues ou les journalistes. Leur point commun? «La profession, quelle qu’elle soit, a toujours une influence sur notre regard sur le monde. Mais dans ces métiers, comme dans quelques autres, elle fait fortement partie de l’identité», répond Laurenz Meier, professeur assistant à l’Institut de psychologie du travail et des organisations à l’Université de Neuchâtel. 

Une chronique sur l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle: Cinq clés pour atteindre le fameux «work-life balance»

«Ça change le regard des gens»

Un métier comme identité. Arnaud Peytremann, médecin assistant en médecine interne générale dans le canton de Vaud, ressent fortement cette dimension. «Derrière le mot médecin, il y a une représentation sociale, tantôt positive et tantôt négative, mais qui peut dans tous les cas biaiser une relation humaine. Quand je rencontre quelqu’un dans un bar par exemple, je ne dis pas tout de suite que je suis médecin. Ça change le regard des gens et ils évoquent beaucoup plus facilement leurs problèmes de santé.» Récemment encore, une inconnue dans un magasin lui a fait part de ses problèmes urinaires en apprenant son métier.

Sara Briffod, psychologue-psychothérapeute FSP à Morges, sait elle aussi que sa réponse à la traditionnelle question «Qu’est-ce que tu fais dans la vie?» ne laissera pas indifférent. «Psychologue reste un métier tabou. Quand ils l’apprennent, certains se taisent instantanément et parfois pour toute la soirée qui suit, ou me demandent si je suis en train de les analyser. D’autres, au contraire, se confient très rapidement à moi et me racontent toute leur vie au beau milieu d’une soirée.»

Cette ambivalence dans les réactions, Camille Krafft, journaliste au quotidien 24 heures, la vit également. «Comme ce n’est pas forcément un métier qui a bonne presse, les gens qui ne me connaissent pas sont souvent méfiants. Ils pensent ne pas pouvoir tout dire devant moi. J’entends souvent: «Tu ne vas pas en faire un article?» ou: «Je ne t’ai rien dit», prononcé comme une boutade ou avec inquiétude.»

Fixer des limites

Si ces professions suscitent des commentaires, elles engendrent aussi souvent des requêtes hors du cadre du travail. L’entourage d’Arnaud Peytremann lui pose des questions médicales, tout comme celui de Sara Briffod, spécialiste du couple, lui demande conseil. «Il arrive qu’un couple d’amis commence à se disputer chez moi, et me demande mon avis. Récemment encore, une amie m’a questionnée sur ses problèmes sentimentaux en me disant, tu es psychologue, comment est-ce que tu vois la situation?»

Lorsque le terrain privé glisse vers le professionnel, il est donc nécessaire de fixer des limites. «Il faut être très honnête quand ce genre de situation se présente, estime le professeur Laurenz Meier. En tant que psychologue, face à une question d’un ami, on peut en référer à son cadre professionnel, expliquer quelles réponses existent dans sa pratique, en précisant qu’il ne s’agit plus d'un avis amical.» Devant les demandes, Sara reste prudente. «J’accepte de donner quelques conseils, mais je rappelle qu'en répondant, j’ai une double casquette, de psychologue et d’amie. Je peux toujours dire non, que je suis psychologue, mais dans mon bureau. Et surtout, je redirige la personne vers un autre professionnel.»

Une charge mentale?

Réorienter vers un collègue: une réponse que donne aussi souvent Arnaud Peytremann. «Je reste à l’écoute quand mes proches ont de petits soucis de santé, mais je ne vais  pas faire une consultation sur un coin de table de cuisine, sourit-il. Il existe une forme de charge mentale avec ce métier: il y a une vraie attente, légitime, de la part de la société. Ce n’est pas en fermant la porte du cabinet qu’on arrête d’être médecin. Au restaurant ou au théâtre, si quelqu’un fait un malaise, nous avons le devoir déontologique de l’aider.»

Laurenz Meier réagit à l’idée de charge mentale: «Elle existe bien, mais également dans d’autres professions. Un responsable des ressources humaines qui se sait en charge de beaucoup d’employés va continuer à penser au travail une fois à la maison. Quand il y a de la responsabilité, il y a de la charge mentale.» Le professeur rappelle cependant que ce ressenti dépend aussi de la façon qu’a chacun d’envisager sa profession.

Et quand ça n’est pas les autres qui vous renvoient à votre métier, c’est vous. Difficile, confirment Arnaud Peytremann et Sara Briffod, de se défaire des pensées presque automatiques qu’engendre leur formation. Chez les journalistes, ce phénomène peut s’avérer fort aussi, juge Camille Krafft: «J’ai l’impression qu’il s’agit d’un métier qu’on a en soi en permanence. On a tout le temps les yeux et les oreilles ouverts, on le vit non stop.»

Lire également: Le casse-tête des horaires de télétravail

De la peine à décrocher

Cette habitude de voir des sujets partout conduit notamment Camille Krafft à réaliser un reportage sur une famille de réfugiés irakiens qu’elle accueille, pour lequel elle sera d'ailleurs primée en 2017. Si ce mélange privé-professionnel lui a semblé l’opportunité d’observer la situation de l’intérieur, elle reconnaît qu’être toujours «à l’affut» de sujets peut être pesant, «parce qu’on a de la peine à décrocher».

Mais avec son entourage, la journaliste se met des limites: «Il faut être clair et ne pas en profiter pour faire des sujets «derrière le dos» de ses amis, l’amitié doit toujours passer avant un sujet. On est des citoyens et des humains avant d’être des journalistes.» Métier et identité, les deux semblent cependant souvent difficiles à séparer.

Notre précédent article sur le monde du travail: Quand le patron a été l’employé

Publicité