Une température de 5 degrés, une pluie battante et un vent à retourner les parapluies. Dans le domaine du Château d’Auvernier (NE) lundi, la démonstration n’aura duré qu’une poignée de minutes. Mais la coupe de quelques branches de vignes aura suffi pour montrer aux invités, une fois réunis à l’intérieur, que Felco a le potentiel pour révolutionner le secteur viticole.

Le fabricant neuchâtelois de sécateurs avait réuni les représentants de la presse, des autorités cantonales, des hautes écoles et de la vigne locale pour présenter Digivitis. Un système qui se compose de deux éléments: d’abord, un boîtier rouge d’une dizaine de centimètres de large agrémenté de trois boutons-poussoirs et d’un écran noir-blanc. Il s’attache à l’avant-bras des ouvriers viticoles. Une ligne taillée, une parcelle pulvérisée, un plant malade ou arraché. A chaque moment, les travailleurs peuvent saisir ces données sur le boîtier, baptisé «Collector». Elles sont ainsi géolocalisées et transmises à un système central.