Les compagnies allemandes d'électricité Veba et Viag ainsi que les deux producteurs de courant RWE et VEW ne pourront pas unir leurs forces s'ils ne consentent pas rapidement à céder certaines de leurs activités à la concurrence. Tel est l'avertissement lancé vendredi par la Commission européenne et l'Office fédéral allemand des cartels (Bundeskartelamt), qui examinent conjointement ces deux projets de fusion.

La Commission, qui doit rendre son verdict d'ici au 19 juin, estime que le nouveau groupe né de la fusion Veba-Viag, et celui que formeront les deux rivaux RWE et VEW, créeraient une situation de duopole dans la production et la distribution d'électricité en Allemagne. En l'état actuel de leurs dossiers, les deux entités contrôleraient plus de 80% de la production et du réseau électrique du pays.

«Une approbation n'est imaginable qu'au prix d'importantes concessions», a prévenu le commissaire européen à la Concurrence, Mario Monti. «La fusion de RWE et VEW ne sera possible que si les quatre entreprises sont prêtes à ouvrir leurs réseaux électriques à la concurrence», a précisé de son côté Ulf Boege, président de l'Office allemand des cartels.