Les images de Simonetta Sommaruga piquant une colère à la séance de clôture de la COP26 le mois dernier en Ecosse ont fait le tour du monde. La conseillère fédérale était révoltée par les ambitions diluées du pacte de Glasgow. La Chine et l’Inde, premier et troisième émetteurs de gaz à effet de serre, avaient mené la charge pour affaiblir les engagements contre le charbon. Mais il y a aussi une autre facette. Selon le rapport Renouvelables 2021 publié mercredi par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’Empire du Milieu confirmera sa position de leader mondial en volume d’énergie éolienne et d'énergie solaire en 2026, soit quatre ans plus tôt que son objectif de 2030. L’Inde, elle, devrait arriver en tête en termes de taux de croissance, doublant ses nouvelles installations en 2026 par rapport à 2015-2020.