Pharma

Merck continue de s’étendre en terres vaudoises

Cinq ans après avoir fermé son siège genevois (1250 emplois), le groupe pharmaceutique allemand inaugure un nouveau bâtiment de conditionnement à Aubonne. Il rappelle qu’il a investi un milliard de francs durant la dernière décennie

Merck a mis les petits plats dans les grands. Pour l’inauguration jeudi de son nouveau bâtiment à Aubonne (VD), le groupe pharmaceutique allemand a invité politiques et médias locaux, mais aussi certains groupes concurrents et l’équipe qui a piloté les travaux. Une «équipe locale d’ingénierie», comme l’ont rappelé les organisateurs, qui ont à plusieurs reprises souligné l’empreinte de Merck – qui a racheté l’entreprise suisse Serono en 2007 – sur l’écosystème local.

Le chantier du nouveau centre de conditionnement biotechnologique de Merck s’est étalé sur 18 mois et a coûté 27 millions de francs. «Ce nouveau bâtiment est conçu pour accompagner la croissance de notre activité, notamment en lien avec le lancement de notre médicament anticancéreux [peau et vessie, ndlr] Bavencio», a souligné Stefano Induni, directeur des sites vaudois d’Aubonne et de Coinsins. Chaque année, 12 millions de boîtes de médicaments et 4 millions d’auto-injecteurs passeront par les lignes d’assemblage du groupe actif dans l’oncologie, la fertilité ou l’endocrinologie. Cette production sera expédiée dans les 150 pays où Merck opère.

Création de 200 postes

Depuis que Merck a fermé son siège à Genève, laissant 1250 employés sur le carreau en 2012, près de 200 postes ont été créés sur le site d’Aubonne. «Pratiquement toute la production de nos médicaments biotechnologiques se situe autour du lac Léman. C’est un cluster d’innovation avec beaucoup de main-d’œuvre qualifiée», a rappelé le directeur du groupe, Stefan Oschmann, présent lors de l’inauguration. Le nouveau bâtiment de conditionnement s’inscrit dans un programme d’investissement de plus de 1 milliard de francs sur la dernière décennie, fait valoir le groupe dans un communiqué.

Merck emploie 1277 personnes sur ses trois sites vaudois, Coinsins, Corsier-sur-Vevey et Aubonne, qui en concentre plus de la moitié (767). Les activités de recherche et développement de l’ancien site genevois ont, elles, été rapatriées aux Etats-Unis et en Allemagne, où le groupe possède désormais son seul siège social, à Darmstadt.

Locomotive de la croissance romande

Créé en 1984, le site d’Aubonne est pourtant le seul à concentrer des activités à la fois de culture de cellules, d’inoculation, de conditionnement et de stockage. Comme l’a souligné l’étude sur le produit intérieur brut romand 2016 de l’Institut Créa d’HEC Lausanne, la pharma continue à jouer son rôle de moteur de l’économie. Le dynamisme des ventes de produits chimiques et pharmaceutiques (+15,3%) contraste avec le recul (–4,5%) des exportations de montres et instruments de précision.

Lire aussi «La croissance romande s’essouffle»

Publicité