Meta, la maison mère de Facebook et Instagram, a été condamnée mercredi à payer 174,5 millions de dollars (169 millions de francs) de dommages et intérêts à l’application Voxer pour violation de ses brevets. Le groupe américain va faire appel.

Un jury texan a déterminé que Meta a copié des brevets de la messagerie façon «walkie-talkie» dans ses fonctionnalités de diffusion en direct, sur Facebook Live et Instagram Live. Le procès s’était ouvert à Austin la semaine dernière.

Lire aussi: La Californie attaque Amazon en justice pour abus de position dominante

Voxer avait lancé des poursuites en 2020, assurant que le groupe californien s’était servi de sa technologie brevetée après l’échec d’une tentative de collaboration entre les deux entreprises en 2012.

L’application mobile permet «la transmission de communications audiophoniques et par vidéo avec l’immédiateté du direct et la fiabilité et la facilité d’une messagerie», d’après la plainte, y compris dans de mauvaises conditions de réseau et même si le destinataire n’est pas disponible.

Détails techniques fournis

Voxer explique avoir été contacté par Facebook peu après le lancement de son service en 2011, qui a été un «succès immédiat». La start-up aurait alors fourni les détails de ses techniques au réseau social, mais «les réunions n’ont pas débouché sur un accord», détaillent ses avocats.

«Facebook a alors identifié Voxer comme un concurrent même s’il n’avait pas, à l’époque, d’outils vidéo ou audiodiffusé en direct», indique la plainte.

Lire aussi: Washington s’attaque aux géants de la tech, alors que l'Europe a un coup d'avance

«Facebook a révoqué l’accès de Voxer à des éléments-clés de la plateforme et lancé Facebook Live en 2015, puis Instagram Live en 2016. Les deux produits comportent des techniques de Voxer et violent ses brevets», assène le plaignant.