Le géant des réseaux sociaux Meta (Facebook, Instagram) a annoncé lundi sa décision de permettre à des créateurs de vendre des vêtements et autres accessoires virtuels aux utilisateurs de sa principale plateforme dans le métavers, cet ensemble d’univers parallèles souvent considérés comme l’avenir d’internet.

Lire aussi: Meta, la maison-mère de Facebook, teste la vente d’objets virtuels dans le métavers

Mercredi, il a précisé les modalités financières: le magasin des casques de réalité virtuelle Oculus, qui appartient à Meta, et la plateforme prélèveront chacun une commission.

«Si un créateur vend un objet pour 1 dollar, la commission du Meta Quest Store sera de 0,30 dollar, et celle de la plateforme Horizon sera de 0,17 dollar, ce qui laisse 0,53 dollar au créateur avant d’éventuelles taxes», a expliqué un porte-parole du groupe californien à l’AFP.

Abus de monopole dénoncé

Sur Twitter, de nombreux observateurs ont critiqué ce partage des revenus. «Super endroit pour monter une entreprise», a commenté ironiquement Neeraj Agrawal de Coin Center, un think tank sur les cryptomonnaies. «(Un acteur) irresponsable construit une autre plateforme et abuse de son monopole pour en tirer des profits», a tweeté de son côté Accountable Tech, une ONG qui prône une meilleure régulation des réseaux sociaux.

Lire aussi: Après l’échec de Diem, Meta planche sur de nouvelles monnaies virtuelles

Le taux des commissions est particulièrement mal vu à la lumière de la bataille entre Meta et Apple. Facebook a fait front avec d’autres entreprises qui reprochent au fabricant de l’iPhone de prélever une commission trop élevée sur l’App Store, le magasin d’applications incontournable pour les utilisateurs des smartphones et tablettes de la marque.

Apple récupère 30% des ventes d’applications ou de biens et services numériques sur ces applis, sauf dans certains cas, les exceptions et exemptions étant nombreuses.

«Créer des opportunités»

«Dans nos efforts de construction du métavers, nous faisons attention à créer des opportunités pour que les créateurs gagnent de l’argent avec leur travail», déclarait Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook et patron de Meta, en novembre dernier, sur son profil.

«Les 30% de commission prélevés par Apple sur les transactions rendent les choses plus difficiles (pour les créateurs), donc nous avons modifié nos produits d’abonnement pour que les créateurs gagnent plus».

Depuis l’été dernier, Meta s’est donné comme mission de contribuer largement à l’émergence du métavers, et cherche à attirer des créateurs de contenus susceptibles d’attirer à leur tour de nouveaux utilisateurs.