Michel Sapin estime que la Suisse devrait être dans l’Union européenne (UE) et même dans la zone euro. «Regardez sur une carte, la Suisse se trouve en Europe», a déclaré vendredi le ministre des Finances français dans une interview accordée à plusieurs journaux helvétiques.

La Suisse a beaucoup donné à l’Europe, notamment une «force économique» et un «esprit d’invention», a ajouté le ministre des Finances. Mais elle doit également être prête à accepter certains principes de l’UE dans un «esprit de réciprocité», a poursuivi Michel Sapin, faisant allusion à la libre circulation des personnes.

La volonté du peuple exprimée suite à l’acceptation de l’initiative contre l’immigration de masse doit s’appliquer. «Mais on ne peut pas tout avoir», nuance Michel Sapin, qui espère que la Confédération, le parlement et la population reconnaissent cela.

Selon lui, les accords bilatéraux peuvent certes être modifiés, mais la libre circulation des personnes n’est pas négociable. Le ministre français estime par ailleurs que l’affaire de la filiale helvétique de la grande banque HSBC, accusée d’avoir aidé ses clients à échapper à l’impôt, pourrait contribuer à faire avancer les débats sur le sujet.

A propos de l’échange automatique d’informations, Michel Sapin a dit sa reconnaissance à la Suisse pour l’amélioration considérable des relations. Les Français peuvent toujours déposer leur argent dans le pays, mais doivent payer leurs impôts en France, a-t-il conclu.