Court-circuit

Le micro caché de Google

CHRONIQUE. Google reconnaît avoir oublié d’indiquer la présence d’un micro dans un appareil de la gamme Nest

C’est une erreur d’apparence banale, mais qui a pris ces derniers jours une ampleur énorme dans le monde de la domotique. Début février, Google informait les propriétaires de l’appareil Nest Guard qu’ils pourraient désormais le commander par la voix. Cet appareil permet d’activer et de désactiver, via un digicode, un système d’alarme intelligente. En permettant de commander désormais le Nest Guard par la voix, Google pensait ravir ses utilisateurs.

Petit problème: à aucun moment, dans les spécifications du Nest Guard, Google n’avait indiqué la présence d’un micro en son sein. C’est une erreur colossale de la part de la multinationale, sachant la méfiance de nombreux clients potentiels face à des appareils de domotique souvent perçus comme trop curieux.

Google a dû s’excuser platement la semaine passée: «Le microphone intégré à l’appareil ne devait jamais être un secret et aurait dû figurer dans les caractéristiques techniques. C’était une erreur de notre part.» La société a ajouté que jamais le micro n’avait pu être activé par quiconque jusque-là.

A priori, cette incroyable bévue ne devrait pas ralentir l’essor de la domotique. Mais Google, jusque-là réputée pour son respect de la vie privée de ses clients, a vu son image se ternir.

Publicité