Informatique

Microsoft arrête de fabriquer des téléphones et supprime 1850 emplois

Le géant américain de l’informatique Microsoft a annoncé la suppression de 1850 emplois dans sa division de fabrication de téléphones portables intelligents. Et un responsable syndical finlandais a affirmé que le groupe cesserait d’en produire

Dans un communiqué, Microsoft a rendu publique sa décision de «rationaliser» cette division. Cela «aboutira à la suppression de jusqu’à 1350 emplois chez Microsoft Mobile en Finlande ainsi que de 500 autres emplois dans le reste du monde». «Nous concentrons nos efforts dans les téléphones là où nous pouvons faire une différence», a déclaré Satya Nadella, le patron du groupe, cité dans le texte.

Arrêt momentané

Mais un délégué du personnel de Microsoft Mobile, Kalle Kiili, a précisé que cela signifiait un arrêt de la conception et de la production. La firme «ne fabriquera plus d’appareils, du moins pour le moment. Il fera des logiciels, cependant», a-t-il déclaré. L’agence de presse finlandaise STT a cité le directeur des ventes d’appareils mobiles de l’américain, Chris Weber, qui a confirmé l’information.

Le groupe, qui avait acheté cette activité au finlandais Nokia en 2014, a annoncé une provision de 950 millions de dollars 8941,7 millions de francs) pour restructuration.

Employés stupéfaits

L’annonce a surpris les salariés de Microsoft, selon M. Kiili. «On avait des rumeurs nous disant que quelque chose allait se passer, mais pas que tout allait disparaître», a-t-il souligné.

Lire aussi: Microsoft va racheter les téléphones de Nokia pour 5,44 milliards d’euros

Microsoft avait déjà annoncé, une semaine auparavant, la vente pour 350 millions de dollars de la fabrication de téléphones de base au finlandais HMD Global, contrôlé par des anciens de Nokia, et à l’industriel taïwanais Foxconn.

D’après le cabinet Gartner, la part de marché mondiale des smartphones sous Windows a été divisée par plus de trois en un an. Et elle a chuté à 0,7% au premier trimestre contre 2,5% un an auparavant.

Lire également: La chute de Nokia confirme le déclin de la high-tech européenne

Publicité