Le bénéfice net de l’exercice clos fin juin a chuté de 18%, pour revenir à 14,57 milliards de dollars. Sur la seule période avril-juin, le résultat s’est effondré de 29%, à 3,05 milliards de dollars. «Nos affaires ont continué à souffrir de la faiblesse du marché mondial des ordinateurs et des serveurs», a souligné le directeur financier Chris Liddell, cité dans un communiqué publié par le groupe.

Le chiffre d’affaires a baissé de 3% sur l’année, à 58,44 milliards de dollars, mais sur les trois derniers mois, entre avril et juin, le déclin des ventes a atteint 17%, à 13,10 milliards de dollars, en deçà des attentes des analystes. C’est aussi la première fois que Microsoft enregistre une baisse de ses ventes annuelles depuis que c’est une société cotée.

Le marché a réagi brutalement, faisant perdre 8,10% au titre, à 23,49 dollars, dans les échanges électroniques suivant la clôture de la bourse de New York. Les premiers commentaires d’analystes laissaient craindre que la contre-performance du géant informatique puisse porter un coup au «rally» boursier qui a propulsé Wall Street au plus haut depuis novembre.

«Au moins nous voyons quelques signes que nous atteignons un plancher», a ajouté M. Liddell en conférence d’analystes, saluant une amélioration d’un trimestre sur l’autre dans certaines activités.

Microsoft n’a pas soufflé mot des rumeurs de plus en plus insistantes ces derniers jours d’un partenariat qui serait en négociations avec le portail internet Yahoo!, qu’il avait offert en vain d’acheter l’an dernier. L’éditeur de logiciels a surtout montré son impatience de tourner la page «de l’une des années les plus difficiles» de son histoire. «Je suis ravi de la vague de services et produits novateurs que nous avons dans l’exercice à venir», a souligné le directeur opérationnel Kevin Turner.

Microsoft a déjà lancé un nouveau moteur de recherches remarqué, Bing, le 1er juin, et a soigneusement orchestré le lancement de son nouveau système d’exploitation Windows 7, salué par les experts, qui sera disponible pour le grand public à partir du 22 octobre pour remplacer le très décrié Vista.

Mais pour l’année comme pour le trimestre écoulé, les chiffres se sont dégradés tant dans le cœur de métier que dans les innovations, sur internet et les jeux. La plus grosse activité, celle des services de logiciels professionnels, a eu un chiffre d’affaires stable sur l’année, mais en recul de 13% durant les trois derniers trimestres (respectivement 18,9 et 4,5 milliards de dollars). Les systèmes d’exploitation Windows ont vu leurs ventes refluer de 13% sur l’année, de 29% sur le trimestre, à respectivement 14,7 et 3,1 milliards de dollars.