Technologie

Microsoft fait les frais de la réforme fiscale américaine

Le groupe informatique a subi une lourde perte au deuxième trimestre en raison d’une énorme charge fiscale exceptionnelle de 13,8 milliards de dollars

Selon les chiffres publiés mercredi, Microsoft affiche une perte nette de 6,3 milliards de dollars pour le deuxième trimestre de son exercice décalé. Toutefois, si l’on ne tient pas compte de la charge de près de 14 milliards passée sur ce trimestre, le groupe aurait dégagé un bénéfice de 7,5 milliards, précise-t-il.

Le bénéfice ajusté de cette charge, par action, référence en Amérique du Nord, ressort à 96 cents, largement au-dessus des 86 cents attendus en moyenne par les analystes.

La réforme fiscale votée aux Etats-Unis en décembre a pour effet immédiat de modifier la comptabilité des entreprises américaines.

Lire aussi: La réforme fiscale américaine coûte 2,9 milliards à UBS

Le cloud, moteur du groupe

Le chiffre d’affaires a crû de 12% à 28,9 milliards de dollars, au-dessus des attentes moyennes, qui tablaient sur 28,4 milliards. Une nouvelle fois, c’est le cloud (informatique dématérialisée) qui a été moteur du groupe, avec un chiffre d’affaires de 7,8 milliards de dollars (+14,7%).

«Nos investissements dans les objets connectés, les données et l’intelligence artificielle dans le cloud […] vont nous permettre d’accélérer encore notre croissance», a commenté le patron du groupe, Satya Nadella, cité dans le communiqué.

Lire aussi: Aux Etats-Unis, la réforme fiscale profite aux plus riches

Publicité