La finance responsable est sur toutes les lèvres, particulièrement à Genève, qui lui a consacré une semaine d’événements début octobre. Mais cette appellation abrite plusieurs disciplines, aux stratégies et aux résultats très différents. Trois professeurs de la Harvard Business School proposent d’investir dans des entreprises qui se créent des avantages compétitifs en répondant à une problématique sociale ou environnementale, c’est-à-dire en créant de la «valeur partagée». Une approche d’investissement bien supérieure à la gestion durable classique, selon eux.

Lire aussi: Finance durable cherche impact désespérément