Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L’application pratique des nouvelles prescriptions indique cependant quelques effets collatéraux indésirables.
© 123RF

Finance

MiFID II: davantage de transparence, c’est aussi plus de documents

Il n'est pas certain que les prescriptions de transparence dans le cadre de MiFID II et de LSFin fournissent bel et bien la plus-value espérée

La nouvelle directive de l’Union européenne Market in Financial Instruments Directive (MiFID) II et les autres innovations dans la réglementation du marché financier européen qui lui sont liées sont en vigueur depuis janvier 2018. Elles devraient améliorer la protection du client grâce à un surcroît de transparence. La loi suisse sur les services financiers (LSFin), qui devrait entrer en vigueur en 2019, est également justifiée par le législateur par le besoin d’une meilleure protection de l’investisseur et une transparence accrue dans les transactions financières.

Lire aussi: La directive MiFID II bouleverse la recherche financière

Plus d’obligations, plus de coûts

Au terme de la crise financière qui a commencé il y a une dizaine d’années, le monde politique et les autorités de surveillance ont constaté des lacunes dans la protection du client. Surtout en raison d’un manque de vision d’ensemble des coûts et des prestations proposées. Cela a engendré une perte de confiance et, finalement, une exigence de transparence accrue.

Pour ne risquer aucune infraction au devoir de diligence, les établissements concernés tendent à interpréter les règles de manière extensive et à les appliquer au pied de la lettre

Le fait est que les lois mentionnées soumettent les prestataires financiers à bon nombre de nouvelles règles de comportement. Les prescriptions de transparence plus strictes pour les produits financiers en font partie. Les contraintes actuelles du prospectus sont étendues à toute espèce d’instrument d’investissement et unifiées. A quoi s’ajoutent des contraintes en matière d’élaboration de la feuille d’information de base. Des obligations d’information nettement étendues sur les prestations fournies et sur l’établissement financier en tant que tel sont censées créer davantage de clarté. Ces prescriptions doivent être observées aussi bien au début du mandat de prestation que pendant sa durée et, le cas échéant, elles font l’objet d’un procès-verbal.

Une clarté qui embrouille

Dans un système économique libéral, impossible d’éviter les conflits d’intérêts, ils font même partie du système. En revanche, la transparence passe pour le contrepoids adéquat servant à endiguer des répercussions fâcheuses. Dans ce contexte, elle couvre les besoins actuels, évolutifs des clients en matière de services financiers.

Lire aussi: MiFID II: tout ce que les épargnants doivent sa

Un coup d’œil sur l’application pratique des nouvelles prescriptions indique cependant quelques effets collatéraux indésirables. Au-delà du domaine des services financiers déjà obérés par moult documents contractuels et formulaires, la mise en œuvre concrète des nouvelles prescriptions de transparence entraîne encore davantage de paperasserie. Pour ne risquer aucune infraction au devoir de diligence, les établissements concernés tendent à interpréter les règles de manière extensive et à les appliquer au pied de la lettre. Reste à voir si cela procure au client la plus-value espérée lorsque, avant de signer le moindre contrat, le moindre conseil de placement, on lui donne une pile d’informations détaillées et que, parfois, il doit de surcroît en confirmer la lecture par sa signature.

D’autant que ces informations sont souvent complétées par des clauses de non-responsabilité. Conséquence: les risques vraiment avérés risquent de se noyer dans le flot d’informations. L’opportunité de fournir ces documents sous forme numérique n’y change pas grand-chose. La mise en œuvre des nouvelles prescriptions contraint en outre les établissements à investir davantage dans le personnel et les IT. 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)