Dans le magasin Migros du centre-ville de Neuchâtel, impossible de passer à côté du présentoir de capsules de café compatibles avec le système Nespresso. Les articles, déclinés en cinq variétés, ont trouvé place au beau milieu de l’entrée. Lancée ce lundi par le géant suisse du commerce de détail dans tous ses points de vente, la gamme est proposée à un prix de 3 francs pour dix capsules durant trois semaines. Puis, elles passeront à 3,80 francs. Pour comparaison, celles de Nespresso se monnaient à quelque 5 francs.

L’emballage extérieur des capsules Migros est conséquent: 16,5 cm de hauteur, 12,5 de largeur et 9,5 de profondeur. A l’intérieur, les dosettes sont encore emballées dans du plastique presque impossible à ouvrir à la main. Le café? Subjectivement, l’acidité domine et le goût est corsé.

Demande stimulée par l’offre

Il s’agit là du dernier épisode en date de la guerre du café que se livrent différents acteurs en Suisse, avec comme volonté de tailler des croupières à Nespresso, filiale de Nestlé. Ce week-end, c’est la chaîne de magasins Fust, entité de Coop, qui s’est lancée sur ce segment rémunérateur. Denner propose, lui, depuis plusieurs mois ses géné­riques.

Cette escalade de l’offre ne surprend pas la société Ethical Coffee Company (ECC), dont les capsules sont toujours interdites de vente en Suisse mais disponibles dans divers pays européens. Selon son patron Jean-Paul Gaillard, «plus il y a de vendeurs, plus cela stimule les ventes». Il s’est dit curieux de savoir si Nestlé essaiera de contrer en justice cette nouvelle offensive, comme le numéro un mondial de l’alimentation l’a fait avec son entreprise et avec Denner. Le discounter contrôlé par Migros peut cependant, à l’inverse d’ECC, commercialiser ses dosettes dans l’attente d’un nouveau jugement. ECC a quant à lui fait recours au Tribunal fédéral.

La multiplication des capsules n’entame pas l’optimisme de Jean-Paul Gaillard. Il déclare toujours être en négociations avec deux acteurs du commerce de détail en Suisse. «Nous espérons être dans les rayons suisses durant l’été.»

Il faudra de plus compter avec l’arrivée d’un nouveau concurrent. La chaîne de cafés américaine Starbucks va lancer cette année une cafetière expresso munie d’un système d’extraction haute pression. Le système, dénommé Verismo, a été conçu avec le groupe allemand Krüger et fonctionnera avec des capsules Starbucks. Leur commercialisation est d’abord prévue aux Etats-Unis et au Canada. «Le projet est ensuite de les amener en Suisse», selon un porte-parole de l’entreprise qui dispose de 50 points de vente dans le pays.