Recrutement

«Millennials» et seniors: le choc des générations en quête d’emploi

On ne cherche pas un emploi de la même manière lorsqu’on a moins de 30 ans ou lorsqu’on a plus de 50 ans. Inviter ces deux générations de personnes à échanger, dialoguer et combiner leurs expériences, c’est le pari proposé par Brodiance et Brodard Executive Search à Genève et Lausanne

Le constat tient presque d’une lapalissade: «En Suisse romande, je ne connais pas d’initiatives concrètes permettant aux seniors et aux millennials de se rencontrer et d’échanger pour augmenter leurs chances de trouver un emploi», dit Nathalie Brodard, directrice et fondatrice de Brodard Executive Search et Brodiance à Genève.

Ces deux catégories de chercheurs d’emploi ont, en apparence du moins, peu en commun. Préjugé entretenu par les résultats de certaines études récentes. Ainsi, millennials (les jeunes nés entre 1980 et l’an 2000) et seniors (les plus de 50 ans) seraient trop éloignés pour réussir à s’entendre. Sur le marché de l’emploi, pourtant, ils souffrent de maux similaires: une perception erronée de leur profil, de leurs capacités, de leur parcours. De leur valeur, quoi! D’autant plus que, au printemps et à l’automne de sa carrière, il est parfois plus difficile de décrocher ce premier entretien, note Nathalie Brodard. Les premiers sont trop jeunes, les seconds deviennent trop expérimentés ou qualifiés. Les rapprocher semble donc nécessaire.

Le taux de chômage des jeunes (jusqu’à 24 ans) et des 50 ans et plus est certes inférieur à la moyenne. Mais, selon le Seco, le risque de chômage de longue durée s’accroît avec l’âge. Il est de 1,5% pour les 15 à 19 ans et grimpe à 39,9% pour les plus de 60 ans.

A lire aussi: La «génération Z», une génération exigeante!

C’est en observant les difficultés rencontrées par les moins de 30 ans et les plus de 50 ans que Nathalie Brodard a eu l’idée de lancer son programme «Hire Me I’m Fabulous». Le but de ces rencontres? «Offrir une plateforme de réseautage inédite et proposer des outils utiles aux personnes qui en ont le plus besoin», poursuit l’entrepreneuse.

Premier rendez-vous à Lausanne

Millennials et seniors sont invités à échanger pour la première fois le 12 février prochain, à Genève. Seules contraintes: habiter en Suisse, être sans emploi et avoir moins de 30 ans ou plus de 50 ans. Des spécialistes en ressources humaines actifs dans différentes entreprises de la région seront présents pour conseiller et dialoguer avec ces deux générations invitées à faire table commune. Ainsi, les plus expérimentés pourront bénéficier de la fraîcheur des plus jeunes et vice-versa. Tous pourront également écouter les témoignages de personnes ayant retrouvé un travail. Cela permettra d’alimenter les discussions et d’inciter les personnes présentes à modifier légèrement leurs méthodes pour atteindre leurs objectifs professionnels.

A lire aussi: Le chômage en Suisse, une vision partielle de la réalité

Concrètement, la soirée se focalisera sur les trois étapes clés de la recherche d’emploi (avant, pendant, après). A savoir: préparation des dossiers, entretiens, suivis. «Si un seul participant retrouve un emploi après la soirée, ce sera un succès», se réjouit-elle. La combinaison de ces savoirs spécifiques peut être formidable «et créer des synergies incroyables», relève-t-elle encore. De plus, celles et ceux qui sont intéressés par l’indépendance et monter leur propre entreprise pourront également bénéficier de l’expertise de Genilem (accompagnateur de jeunes entreprises innovantes). La soirée se terminera par un réseautage ciblé avec les divers participants (ressources humaines, experts en recrutement numérique et spécialistes en recrutement…).

D’autres projets en vue

Cette approche intergénérationnelle est d’autant plus intéressante qu’elle répond à un besoin évident d’échange. Réseauter lorsqu’on n’a pas d’emploi, quel que soit l’âge, relève parfois de la gageure. Humaniser en toute humilité cette étape professionnelle est essentiel pour Nathalie Brodard, qui a créé son cabinet de recrutement il y a presque dix ans: «Oui, ce programme «Hire Me I’m Fabulous» est une manière pour moi de rendre ce que j’ai reçu. Rencontrer les bonnes personnes au bon moment et en toute confiance est capital lorsqu’on cherche du travail.»

Des exemples d’échecs donnant naissance à un pessimisme et à un fatalisme chronique, l’experte en recrutement en possède plein ses dossiers. Mais derrière chaque échec se cache une vie, un parcours qui, si l’on prend la peine d’en prendre connaissance, est compréhensible et justifiable. La clé du succès, selon elle, pour atteindre sa cible, c’est de «rester humain, humble et positif»!

Et pas d’inquiétude, si vous ratez la soirée du 12 février, d’autres rencontres «Hire Me I’m Fabulous» seront organisées, dont une prochaine à Lausanne au Casino de Montbenon le 19 mars.

Après cette première manifestation, Nathalie Brodard imagine d’autres types de plateformes «Hire Me I’m Fabulous». Le but consiste à échanger et partager ses expériences sur des sujets divers, ceci pas uniquement pour des demandeurs d’emploi.

Publicité