La face cachée de la transition énergétique. C’est ainsi que le rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), publié mi-mai pourrait s’intituler. Dans un document long de quelque 280 pages, l’agence s’est intéressée aux futurs besoins en minéraux nécessaires à la transition énergétique – aux installations solaires, éoliennes et aux batteries notamment. «Une voiture électrique nécessite six fois plus de minerais qu’une voiture conventionnelle. Un champ d’éoliennes terrestres en exige neuf fois plus qu’une centrale à gaz», énumère l’AIE. Si cette étude est prospective, le mouvement a déjà commencé. Ainsi, depuis 2010, les besoins en minerais pour chaque unité de production d’énergie ont augmenté de 50%.

Lire également: Après la récession, le spectre de la surchauffe hante les entreprises