Quel lien entre Boston et le pétrole? Autour du thème «Récentes avancées dans la psychologie du trading», le professeur Andrew W. Lo, directeur du MIT Laboratory for Financial Engineering, réunissait il y a dix jours à Cambridge un parterre de techniciens de marché chevronnés dont Robert Prechter, des représentants d'investisseurs institutionnels de Boston et quelques invités dont votre serviteur afin de leur présenter les derniers résultats de leurs recherches effectuées dans le domaine de la psychologie des intervenants de marché.

Parmi les intervenants, son ex-collègue de Harward (HBS), Dr. Terry Burnham, expliqua les liens entre les trois parties de notre cerveau et les anomalies de comportement que les traders peuvent présenter en opérant dans les marchés financiers; son livre récent Mean Markets and Lizard Brains en présente de nombreux exemples. L'évidence empirique de tels liens était démontrée par Dmitry Repin, un ingénieur moscovite spécialiste de la psycho-physiologie des processus de prise de risques, qui a planté une batterie d'électrodes sur des traders en pleine activité professionnelle. Publié dans le fameux Journal of finance en 2000, Andy Lo nous rappela que les formes populaires utilisées par les analystes techniques de marché telles que les doubles sommets, triangles, et autres têtes-épaules n'étaient pas purement des phénomènes dus à un hasard statistique, mais avaient un contenu informatif permettant de générer de la valeur ajoutée systématiquement et de façon significative du point de vue statistique. Ces résultats empiriques ont été mis en évidence par une méthode très gourmande en capacité de calcul des ordinateurs du MIT, la régression de Kernel, qui ressemble à un lacet de chaussure passant au milieu d'un nuage de points.

Le lacet se resserre-t-il autour de la gorge des opérateurs qui pressentaient récemment un double sommet à 55 dollars le baril du pétrole et l'envisageaient pour deux ou trois trimestres entre 40 et 55 dollars depuis octobre 2004 (voir La minute technique du 22.09.2004)? Sur le graphique hebdomadaire du contrat Future NYMEX du Light Sweet Crude 0il ci-dessous, les analystes techniques peuvent comparer deux échelles de psychologie potentiellement analogues: la période décembre 2002-avril 2003 à la période octobre 2004-juin 2005. Puisque le contrat futur risque de montrer une première clôture hebdomadaire au-dessus de 55 dollars, la question est de choisir entre un comportement du marché correspondant au début d'une nouvelle tendance de hausse, comme le point A lors de la semaine du 20 janvier 2003 ou bien comme le point B, le 24 février 2003. Les recherches académiques de Andy Lo suggèrent que les doubles sommets sont moins significatifs que d'autres figures. L'analyse technique à court terme permet d'envisager une montée vers les niveaux proches de 58-59. Néanmoins, nous restons fort prudents sur l'évidence d'une hausse, en raison du niveau élevé de l'oscillateur stochastique hebdomadaire, de l'état encore relativement horizontal des bandes de Bollinger et surtout du sentiment potentiellement euphorique à court terme relatif à une hausse du pétrole. Il y a dix jours, les premières options d'achat à 100 dollars étaient traitées, couplées à la montée parabolique récente des indices des matières premières. Une pointe et un renversement similaire au point B de 2003 ne sont pas exclus. Ceux qui préfèrent ce Scénario du trading range avec un Objectif de retour vers les 48 dollars au moins n'oublieront pas leur Stop loss, non loin de 59 dollars. Ce SOS en place, revenons à «MIT dixit»…