Le prochain sujet à la mode dans les semaines à venir sera la direction que vont prendre les obligations américaines à 10 ans. En effet, d'un point de vue de l'analyse technique, nous arrivons à la croisée des chemins.

Pour illustrer notre propos, nous avons choisi le graphique des Futures du 10 ans Treasury Notes (ndlr: bons du Trésor américain). Depuis douze mois, le contrat Future a baissé d'environ 114 à 103 dans un petit canal linéaire. Cela correspond à la hausse de taux du 10 ans qui est passé de 3,89% à 5,23%. Justement, cette zone de 103 (équivalant à 5,25%) est le point de passage de la grande ligne de tendance qui rejoint les points bas les plus extrêmes atteints depuis 1989, notamment vers la fin 1994 (taux à 8,05%) et vers début 2000 (taux à 6,79%).

Pour un analyste de marché, cette ligne de tendance est un test clé de l'évolution des taux: soit la ligne constitue une barrière infranchissable et le taux à 10 ans pourrait rester en dessous de 5,25% pour plusieurs mois, soit la tendance est cassée et ouvre la porte à une continuation du mouvement de l'an dernier vers le creux de 2000 (taux de 6,79%).

Une façon de montrer l'importance des points de rencontre précédents de cette ligne de tendance et des prix des contrats Futures Treasury Notes est de mettre en rapport ces derniers avec l'évolution de l'index de Sentiment Bullish de Ned Davis Research sur les «Interest Rate Futures». Cet index mesure le pourcentage de bureaux de conseil en placements qui sont «bullish» (haussiers) sur l'évolution des contrats Futures de taux d'intérêt.

Le tableau d'optimisation montre qu'il s'agit d'un indicateur «contrarian», puisqu'un petit pourcentage de conseillers «bullish» constitue une indication favorable. Dans ce cas, il reste en effet peu de vendeurs dans le marché. En revanche, un haut taux de conseillers «bullish» représente une indication défavorable puisqu'il reste peu d'acheteurs de contrats Futures dans le marché.

En effet, lorsque le pourcentage de conseillers «bullish» se trouve en dessous de 29%, c'est-à-dire dans la zone d'extrême pessimisme, les T-Notes Futures contrats ont tendance à s'apprécier de 10,4%. Nous pouvons dire qu'en 1994 et en 2000, lors des rencontres des prix des Futures avec la grande ligne tendance, le sentiment de marché était dans une zone d'extrême pessimisme. Comme ce pessimisme exacerbé correspond au fait que presque tous les participants ont vendu, les contrats Futures sont remontés car il suffit de quelques acheteurs «contrarian» pour retourner une tendance baissière.

La situation d'aujourd'hui est beaucoup moins claire: l'indice de sentiment n'a pas réussi à atteindre la zone d'extrême pessimisme, mais il a déjà établi un point bas important vers 31%, qui est la partie de haut pessimisme. Cet indice a même établi une divergence, car il est moins pessimiste sur le dernier point bas des contrats Futures par rapport au point bas précédent atteint il y a quelques semaines.

Est-ce à dire que le marché anticipe un rebond des Futures du T-Notes sur la grande ligne de tendance comme en 1994 et 2000? Ou bien faudra-t-il que les derniers vendeurs capitulent sur une cassure de cette ligne de tendance pour que l'indice de sentiment entre dans la zone d'extrême pessimisme?

Pour comprendre le sentiment du marché, regardons aussi l'analyse de l'évolution des obligations T-Notes dès la fin du cycle restrictif mené par la banque centrale américaine (Fed). Elle montre sur le deuxième graphique une baisse des taux en moyenne de 38 points de base dans le trimestre qui suit la dernière hausse de taux court. Actuellement le marché estime que la Fed va faire une pause en août, sans savoir si août marquera la fin du cycle restrictif.

Il y a donc un vrai dilemme à court terme pour décider si le marché baissier des obligations à 10 ans va se terminer ou non. Il ne reste qu'à observer attentivement, comme les analystes de marché, le comportement des prix des Futures vis-à-vis de cette grande ligne de tendance lors des semaines prochaines!