Finance

Mirabaud annonce un bénéfice net de 17,5 millions

Après Pictet et Lombard Odier, le groupe Mirabaud présente à son tour ses résultats semestriels. «Nous sommes satisfaits de montrer que nous sommes un établissement solide», comment Yves Mirabaud

«Un établissement sain.» Tels sont les premiers mots d’Yves Mirabaud, associé senior, à l’heure d’un premier commentaire pour Le Temps des résultats semestriels 2014 du groupe Mirabaud incluant les trois pôles (banque privée, asset management et intermédiation).

«Nous sommes satisfaits de montrer que nous sommes un établissement solide.» Pour la première fois depuis sa fondation en 1819 et en vertu des exigences légales liées à la transformation de Mirabaud & Cie en société anonyme depuis le 1er janvier 2014, le groupe livre aujourd’hui ses résultats.

Premier chiffre mis en avant, le seul qui offre une comparaison historique: la masse des avoirs sous gestion ou en dépôt atteint 27 milliards de francs suisses, en progression d’un milliard de francs par rapport au 31 décembre 2013. Confirmation que désormais le groupe a largement retrouvé la masse de fonds sous gestion de 2007 (LT du 7 juillet 2014). La banque ne commente pas l’origine géographique de ces fonds supplémentaires.

Côté marche des affaires, Mirabaud publie des résultats d’opérations de commissions et de prestations de service de 123,6 millions, des résultats d’opérations de négoce de 14 millions et des résultats d’opérations d’intérêt de 5 millions. Déduction faite des charges d’exploitation (dont 85 millions de charges de personnel, soit «quelque 700 collaborateurs, moitié en Suisse, moitié à l’étranger»), le bénéfice brut est de 25,8 millions de francs et le bénéfice du groupe de 17,5 millions de francs au 30 juin 2014. Appréciations d’Yves Mirabaud: «Ce chiffre d’affaires reflète une année moyenne. Il est satisfaisant compte tenu de la faiblesse des taux d’intérêt, des activités de courtage modestes et de marchés peu volatiles. Par le passé, il y a eu de meilleures années. Mais j’estime que 2014 sera certainement parmi nos dix meilleures années.»

Le ratio charges/coûts d’exploitation s’élève à 82%, supérieur aux ratios avancés par Pictet (75%) et Lombard Odier (80%). «Nous avons la volonté d’être raisonnables et prudents sur nos coûts, mais nous avons en parallèle une volonté ferme et les moyens d’investir dans les compétences humaines et dans de nouveaux marchés», explique Yves Mirabaud.

Par ailleurs, le groupe Mirabaud présente un bilan consolidé de 3,668 milliards de francs avec, côté passifs, 3,22 milliards constitués de dépôts de la clientèle et, côté actifs, des liquidités placés auprès de la Banque nationale suisse à hauteur de 1,77 milliard. L’établissement affiche un ratio de liquidités à court terme à 244%, très élevé, «une sécurité très importante pour nos clients», explique Yves Mirabaud. Sur la base d’un montant de fonds propres de première catégorie de 180,8 millions de francs hors bénéfice semestriel, le groupe présente un ratio Tier 1 de 19,70% largement supérieur aux exigences de Bâle III.

Mirabaud compte des bureaux en Suisse (Genève, Bâle et Zurich) et en Europe (Londres, Paris, Madrid, Barcelone, Valence et Luxembourg). L’accès au marché européen est renforcé avec le développement en cours d’une banque à Luxembourg qui permettra la transformation des bureaux européens en succursales. Enfin, la banque est présente à Dubaï, Montréal et Hongkong.

Publicité