En publiant ses résultats trimestriels mardi, MobilCom fermera la parenthèse de l'UMTS. L'opérateur devrait solder l'ensemble de ses projets d'Internet mobile en passant de larges provisions dans ses comptes. La perte trimestrielle pourrait atteindre 9,5 milliards d'euros (14 milliards de francs), selon un analyste télécoms de WestLB Panmure, interrogé par Reuters. Un chiffre incluant à la fois les charges de restructuration et la dépréciation de la licence UMTS, acquise 8,4 milliards d'euros, dont l'opérateur ne pourra rien retirer. En effet, s'il ne l'utilise pas, MobilCom sera obligé de la rendre à l'Etat.

Sur le reste des résultats, seulement 5 des 22 analystes sondés par Reuters ont fait des prévisions, tant l'opérateur est sur le fil du rasoir. En moyenne, ils tablent sur une perte avant impôts, taxes, amortissements et dépréciations comprise entre 7 et 95 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires allant de 510 à 609 millions. Si les analystes évitaient de se prononcer, c'est que jusqu'à l'accord des deux opérateurs, MobilCom était au bord du dépôt de bilan. Un sort évité de justesse, dans la mesure où France Télécom reprendra à sa charge 7 milliards d'euros d'engagements.

LT