«Bonjour à vous qui êtes là. Bonjour à vous qui êtes à la maison!» C’est par ces mots que Florent Girardin, professeur à l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL), accueille ses étudiants. Ce mardi de la rentrée, il donne un cours sur les fondamentaux du marketing à des élèves de première année de Bachelor. Une moitié des étudiants prennent place sur les bancs de la salle. Et les autres? Ce sont AV, DJ, TM… soit les initiales des étudiants qui suivent le cours en ligne, selon un tournus pour respecter la distanciation sociale exigée en raison du coronavirus.

Sur l’écran d’ordinateur des élèves à distance: les slides du cours, mais aussi deux autres images: un plan large de la salle et un plan serré, zoomé sur l’enseignant. «Ceux qui sont à distance, pouvez-vous me confirmer que vous m’entendez bien? Est-ce que quelqu’un dans la classe peut me dire quand ceux qui sont à distance posent des questions sur le tchat», interroge l’enseignant, avant de réaliser qu’il a oublié de démarrer l’enregistrement. Il s’exécute, rappelle qu’il sera ensuite disponible vingt-quatre heures en streaming, et s’excuse: «Je suis désolé, on apprend à gérer cet enseignement hybride.» Il poursuit le cours, s’adressant fréquemment à ceux qu’il ne peut pas voir.