C’est définitivement du côté du Moyen-Orient que Credit Suisse semble trouver des soutiens. Après l’arrivée de Saudi National Bank, qui détient désormais près de 10% des parts de la banque suisse depuis son augmentation de capital il y a dix jours, c’est au tour de Mohammed ben Salmane d’envisager d’y investir. Si l’on en croit le Wall Street Journal, le prince héritier saoudien voudrait mettre jusqu’à 500 millions de dollars (environ 469 millions de francs) pour soutenir la (re)création de l’entité CS First Boston.