Débutée jeudi 15 avril, la saison des résultats d’entreprises aux Etats-Unis sera particulièrement observée cette année. On saura si l’évolution des affaires correspond à la forte reprise anticipée par des bourses euphoriques depuis octobre dernier, voire depuis mars 2020, déjà. L’indice S&P500 a ainsi posté 22 records depuis le début de l’année, soit pratiquement un toutes les trois séances. Les résultats publiés dans les semaines qui viennent diront si cette fièvre est justifiée.

Cette première saison des résultats pour 2021 se tient dans un contexte particulier. D’une part, les marchés actions ont beaucoup anticipé une reprise économique marquée. Les niveaux de valorisation sont très élevés, avec un ratio cours/bénéfice (P/E) de l’ordre de 20 fois pour l’indice global des actions, le MSCI World, largement supérieur à la médiane des 15 dernières années (de l’ordre de 15 fois). Aux Etats-Unis, ce ratio atteint 22,4 pour le S&P500 à 12 mois, là encore un niveau bien supérieur aux moyennes des 5 et 10 dernières années (17,8 et 15,9 fois respectivement), selon une étude de Factset analysée par John Plassard, de Mirabaud, la semaine passée.