D’ici 2030, le marché des montres de seconde main pourrait représenter 35 milliards de francs, soit plus de la moitié du marché primaire. C’est ce qui ressort de la neuvième étude sur l’industrie horlogère menée par le cabinet Deloitte. Elle s’appuie sur un sondage en ligne mené auprès de 70 cadres supérieurs du secteur horloger entre mi-août et mi-septembre 2022, ainsi que sur des entretiens avec des experts de l’industrie. Au cours de la même période, plus de 5500 consommateurs en Suisse, ainsi que des principaux marchés d’exportation tels que l’Allemagne, la France, l’Italie, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, les Emirats arabes unis, Singapour, Hongkong et la Chine ont également été sondés.