Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Montre Hublot.
© Hublot ©

Horlogerie

Des montres connectées suisses pour les arbitres de la Coupe du monde

Les juges de la compétition seront équipés de montres connectées «Swiss made», fabriquées pour l’occasion par Hublot

Cette fois, Hublot met un pied sur le terrain. Depuis 2008, le logo de la marque horlogère de Nyon se retrouve sur les panneaux des arbitres assistants. Durant la Coupe du monde qui se tient dès jeudi en Russie, cela ira un cran plus loin: les arbitres porteront une montre connectée en titane au poignet – 49 mm de diamètre pour 140,2 grammes. Il s’agit de la première smartwatch conçue par la marque en mains du groupe de luxe LVMH. Et de la première montre officiellement portée par les arbitres d’une telle compétition.

Lire aussi: En dix ans, Jean-Claude Biver s’est approprié le football mondial (13.07.2016)

Hublot l’affirme: c’est la FIFA qui lui a demandé de développer cette «Big Bang Referee 2018 FIFA World Cup Russia». Car 2018 marquera un tournant dans l’histoire de la compétition: c’est la première fois que les arbitres pourront profiter d’une assistance vidéo.

Ces montres seront donc connectées à ce dispositif – baptisé Goal Line Technology – et indiqueront en direct ce qui a été observé par vidéo. Les arbitres consulteront-ils leur poignet à chaque coup de sifflet? Réponse dès jeudi.

2018 pièces à 4900 francs

En parallèle, Hublot a commercialisé 2018 de ces smartwatchs, cette fois destinées aux fans de football et vendues 4900 francs pièce. Ces montres – développées avec l’aide de TAG Heuer, également en mains de LVMH – tournent grâce au système d’exploitation de Google Wear OS (ex-Android Wear) et disposeront d’une application conçue pour la compétition.

En direct, le porteur de la montre pourra recevoir des notifications liées aux matchs de ses équipes favorites (compte à rebours avant le coup d’envoi, goals, cartons, changements de joueurs, etc.). Contactée mercredi, la marque affirmait qu’une grande majorité de ces pièces avait déjà trouvé preneurs.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)