Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La marque de bagues Mood a ouvert une nouvelle enseigne à Barcelone ce samedi.
© Mood

Bijouterie

Mood a ouvert quatre enseignes en un an

Commercialisée sur le Net depuis sa reprise en 2013, la marque vaudoise de bagues interchangeables s’est installée samedi à Barcelone. Le numérique lui a permis d’assurer «95% de sa notoriété»

Orbe, Vernier, Martigny et… Barcelone, samedi dernier. Chez Mood, les inaugurations d’enseignes se suivent mais ne se ressemblent pas. Après avoir débuté sur le Net en 2013, la marque de bagues interchangeables a ouvert trois magasins et un showroom à Vernier-village (GE) en l’espace de 14 mois. Depuis son rachat il y a trois ans, Mood a écoulé quelque 12’000 bagues et se lance dorénavant sur le marché barcelonais.

Copropriétaire de la marque vaudoise, Stéphanie Pousaz affirme désormais partager ses deux millions de francs de chiffres d’affaires à «50-50» entre ses nouvelles enseignes et la plateforme numérique de Mood. «Les gens nous découvrent sur le Net. Puis viennent essayer la taille et les modèles dans les enseignes. Il leur est ensuite facile d’acheter d’autres accessoires sur internet», assure Stéphanie Pousaz, à la tête de Mood avec l’ancienne sportive d’élite Arlette Bélat.

Une bague qui peut être mise à jour

Le concept de bague personnalisable de Mood se prête à ces allers-retours. Après l’acquisition d’un anneau en acier servant de base (commercialisé 150 francs), des pièces amovibles – «add-on» – peuvent être achetées à partir de 20 francs afin de faire évoluer le bijou à souhait. Pour le reste: Mood s’appuie sur une bonne gestion de la communauté numérique – 23’000 fans sur Facebook – et des ambassadeurs qui portent haut ses couleurs lors d’événements sportifs organisés par la marque.

En avril dernier, la PME s’offre même une présence à la cérémonie des MTV Movie Awards de Los Angeles. Contactées, les propriétaires croient d’abord à une arnaque puis se laissent tenter par un large stand au cœur de la cérémonie. Investissement total: plus de 25’000 francs, en comptant les stocks de cadeaux à distribuer aux stars de séries américaines qui défilent pendant 3 heures. «On ne cherchait pas à se lancer sur le marché américain mais à accroître notre visibilité, admet Stéphanie Pousaz. Ce type d’événements fait forcément du buzz. Mais la prochaine fois nous serons mieux préparées.»

«Nous avons vu grand»

La PME, qui compte désormais 17 employés, ne vit-elle pas au-dessus de ses moyens? «Nous avons vu grand, admet Stéphanie Pousaz, en rappelant que le développement est autofinancé. Nous n’avons jamais cherché à rester une petite boutique de quartier.» Le jour de l’ouverture de la boutique de Martigny, le loyer annuel du local – trouvé par une cliente – avait déjà été couvert.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)