Italie

Moody’s sceptique sur l’avenir économique de l’Italie

L’agence de notation doute que le gouvernement italien puisse mettre en place des réformes économiques et budgétaires. La note de la dette italienne pourrait être dégradée dans les prochains mois

L’agence de notation Moody’s a abaissé mercredi de stable à négative la perspective de la note de la dette de l’Italie après l’échec du référendum qui a conduit à la démission du gouvernement italien.

En abaissant la perspective, Moody’s implique que la note de la dette italienne, qui reste pour l’instant à «Baa2», pourrait être dégradée dans les prochains mois.

Moody’s explique que sa décision est d’abord liée «à la moindre probabilité, à la suite du non au référendum constitutionnel dimanche, que le gouvernement italien puisse faire des progrès tangibles vers les réformes économiques et budgétaires nécessaires afin de stabiliser le profil de solvabilité du gouvernement».

Lire aussi: Matteo Renzi aura trébuché sur sa réforme

L’agence souligne que la réduction de «l’important endettement de l’Italie risque d’être reportée vu les perspectives de croissance atone à moyen terme et les récents dérapages budgétaires». «Cela va prolonger l’exposition» de l’endettement «à des chocs imprévisibles», ajoute l’agence.

«Une nouvelle menace sur l’achèvement des réformes»

La croissance réelle du produit intérieur brut en Italie a été «plate pendant plus de 15 ans et la productivité n’a à peine augmenté en vingt ans», souligne encore Moody’s qui ajoute que les réformes économiques entreprises jusqu’ici «n’ont eu qu’un effet limité sur les perspectives de croissance à moyen terme comme sur celle de l’évolution budgétaire».

«Le rejet par le peuple de la réforme constitutionnelle dimanche pose une nouvelle menace sur l’achèvement des réformes (économiques) ce qui augmente le risque d’une accélération de l’affaiblissement du profil de solvabilité» du pays, ajoute Moody’s.

Les Italiens ont massivement rejeté dimanche par référendum la réforme constitutionnelle voulue par le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, qui a du présenter sa démission.

Dès octobre, avant la tenue du référendum, l’agence Fitch avait également abaissé la perspective de la note de la dette italienne, maintenue à «BBB», craignant qu’une victoire du non ne constitue un «choc politique».

Lire aussi: Plus le populisme avance, plus l’euro recule

Publicité