Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jean-Claude Bastos, patron de Quantum Global. 
© Anita Lynn Baumann

Justice

Le MPC confirme une enquête suisse en lien avec l'Angola

Les autorités suisses ont ouvert une procédure pénale liée à d’éventuels délits contre le Fonds souverain angolais et la Banque nationale angolaise. Les bureaux de Jean-Claude Bastos, le patron angolo-suisse du fonds zougois Quantum Global, ont été perquisitionnés

Les autorités suisses enquêtent sur d’éventuels délits contre le Fonds souverain angolais et la Banque nationale angolaise. Le Ministère public de la Confédération (MPC) a effectué mercredi plusieurs perquisitions en Suisse.

A ce sujet:  Sale temps pour la société zougoise Quantum Global en Afrique

Le MPC a ouvert une procédure pénale contre inconnu pour soupçon de blanchiment d’argent contre inconnu, a-t-il indiqué jeudi à l’agence d’informations financières AWP. Il confirme une information dans ce sens publiée par plusieurs titres de Tamedia et l’édition en ligne de la «HandelsZeitung».

Lire aussi:  Affaire Bastos: un tribunal britannique gèle les fonds

La procédure pénale est liée à d’éventuels délits contre les actifs de la Banque nationale angolaise et du fonds souverain angolais (Fondo Soberano de Angola), précise le MPC.

Selon les médias, les bureaux de Jean-Claude Bastos, le patron angolo-suisse du fonds zougois Quantum Global, ont été entre autres perquisitionnés. L’homme d’affaires s’est fait connaître par les révélations des «Paradise Papers» et a géré jusqu’à récemment le fonds souverain angolais.

Suite aux révélations des Paradise Papers, l’ancienne conseillère fédérale Ruth Metzler a quitté fin 2017 le comité consultatif du groupe Quantum. Elle avait alors expliqué sa décision par les graves accusations sur de «prétendues pratiques commerciales en Angola».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)