Le navire MSC Flaminia affrété par la société de transport maritime Mediterranean Shipping Company (MSC), basée à Genève, a pu être remorqué en direction du port de Wilhelmshaven, en Allemagne. Le cargo avait été accidenté le 14 juillet, suite à un incendie et plusieurs explosions dans l’Atlantique, ayant entraîné la mort de deux membres d’équipage. Le bateau, appartenant à l’armateur hambourgeois Reederei NSB, attendait les résultats d’une expertise de sécurité avant de traverser la Manche et la mer du Nord.

Accusée par des activistes écologistes, «de transporter occasionnellement des substances radioactives», MSC a vu son navire battant pavillon allemand se faire remorquer après avoir résolu le problème technique qui l’immobilisait.

«Nous ne transportons jamais de matériel radioactif», a rappelé lundi le deuxième plus grand armateur de porte-conteneurs au monde, dont le chiffre d’affaires annuel est estimé à plus de 7 milliards ­de francs, et qui a fait naviguer en 2011 un peu plus de 13 millions de conteneurs.

Cargaison tenue secrète

Le MSC Flaminia, parti de Charleston (USA) pour Anvers, avait embarqué 2876 boîtes (soit l’équivalent de 1400 semi-remorques), de «café, moteurs de voiture et produits chimiques dangereux». Toutefois, la nature exacte de la cargaison, comportant un risque de pollution, n’a pas pu être révélée «pour des raisons de confidentialité» envers les clients de MSC.

Selon Le Monde, 151 caisses du navire seraient remplies de substances explosives et toxiques telles que des nettoyants ménagers inflammables, ainsi que de gaz servant à gonfler les airbags, très irritant pour les yeux.

Produits toxiques évaporés

Berlin a donné son feu vert au remorquage du MSC Flaminia, car la partie dangereuse de la cargaison (une quarantaine de tonnes de déchets de PCB) a été détruite durant l’incendie. Le navire était alors à 1800 km des côtes anglo-françaises. Le cargo de 300 m de long, en attente depuis plus d’un mois au large de l’Angleterre, se trouvait lundi après-midi à 80 km des côtes françaises. Son remorquage final, entamé un jour plus tôt, s’est déroulé «comme prévu, l’état du navire étant stable […] et la météo permettant une progression rapide», a rapporté lundi la préfecture de la Manche et de la mer du Nord.

Le MSC Flaminia doit sortir des eaux territoriales hexagonales mercredi au petit matin, pour atteindre la base navale du nord de l’Allemagne, vendredi, afin d’y subir des réparations.