L’armateur géant MSC ne sera bientôt plus membre de la STSA, la Swiss Trading and Shipping Association, la faîtière des négociants et des entreprises de shipping en Suisse, a appris Le Temps. Le groupe genevois a envoyé une lettre le 18 mai au lobby du secteur: il quittera le navire le 18 août. Un départ d’autant plus difficile pour la STSA qu’un autre poids lourd, Trafigura, a claqué la porte du lobby il y a quelques années.

Lire aussi: Trafigura claque la porte du lobby des traders STSA

«MSC a décidé de se retirer de la Swiss Trading and Shipping Association», confirme Giles Broom. Le porte-parole de MSC précise que la multinationale a été invitée en 2019 à rejoindre la Swiss Shipowners Association, une autre association du secteur maritime en Suisse. «Dans la mesure où la Swiss Shipowners Association est membre institutionnel de la STSA, les opérateurs maritimes suisses tels que MSC restent pleinement impliqués dans un dialogue avec la STSA», dit-il.

Sauf que pour la STSA, ça fait une cotisation en moins. Florence Schurch, sa secrétaire générale depuis février, confirme sans commenter. Le montant de la cotisation de MSC, inconnu, est plus important que celui d’une PME (la majorité des 190 membres de l’association sont des PME). Des divergences de longue date expliqueraient ce départ.

Vague de départs

Florence Schurch doit recomposer les équipes de la STSA, alors que trois employés l’ont quittée suite au départ de Stéphane Graber, son ancien secrétaire général, et qu’elle a récemment déménagé ses bureaux à Genève (de la rue du Mont-Blanc à celle de Chantepoulet). La STSA espère employer six personnes avant la fin de l’année. Après le départ de MSC, ses membres les plus importants sont Vitol, Cargill, Mercuria et Gunvor. Le groupe zougois Glencore n’a jamais figuré parmi ses membres.