repositionnement

La mue de l’Hôtel des Bergues à Genève vise à capter la clientèle de fin de semaine

L’établissement a investi 65 millions de francs pour transformer son offre. L’objectif consiste à augmenter de 25% le taux d’occupation dominical et de 30% le chiffre d’affaires en 2014

Le Four Seasons Hotel des Bergues, l’un des fleurons cinq étoiles de Genève et dont l’histoire remonte à 1834, a annoncé mardi l’accomplissement d’un repositionnement visant à séduire les touristes de loisirs et la clientèle locale. Devisée à 65 millions de francs, cette deuxième étape de transformations intervient environ sept ans après une première rénovation devisée à 45 millions de francs et qui a duré 10 mois.

Ces opérations font également écho au chantier de 110 millions de francs engagé fin 2004, le lendemain du rachat de l’enseigne – à UBS, pour 125 millions de francs – par le prince saoudien Al-Walid, aujourd’hui copropriétaire de l’établissement avec le fondateur de Microsoft, Bill Gates. Additionnées, toutes ces opérations portent à plus de 1,5 milliard de francs les investissements consentis depuis le début des années 2000 pour embellir l’ensemble du parc hôtelier genevois.

Bilan de cette énième mue aux Bergues: 40 chambres revisitées sur les 115 existantes, dont une vingtaine nouvellement créées [les tarifs oscillent entre 550 et 950 francs la nuit], fruit d’une réfection intégrale des combles (7e étage) ainsi que l’aménagement d’une terrasse sur le faîte du bâtiment, dégageant au total quelque 2500 m2 supplémentaires (+20%) de surface exploitable. «Les travaux, qui ont démarré en pleine crise de 2008, laquelle a pris par surprise nos propriétaires, ont finalement duré quatre ans pour des raisons logistiques ou de délais d’obtention des permis de construire, et dans un contexte opérationnel délicat», explique José Silva, directeur du palace.

Clou de la réfection: un spa de 1200 m2 avec une piscine, un centre de remise en forme, une bibliothèque, un coiffeur et un restaurant de type «fusion japonais». «Contrairement à la concurrence, nous avons choisi de sacrifier un espace noble au dernier étage plutôt que d’enterrer notre spa, produit aujourd’hui devenu incontournable et exigé par la clientèle, bien que ne figurant pas officiellement dans les critères d’attribution des étoiles par Hotelleriesuisse», signale encore José Silva. Par cet investissement, le directeur espère réussir là ou d’autres palaces ont jusqu’ici échoué. «Je vise 70% de taux d’occupation à but thérapeutique», précise celui qui a engagé une quarantaine de salariés supplémentaires, dont des coaches sportifs ayant pour vocation de faire prendre l’air à leurs clients (nager dans le lac Léman depuis les Bains des Pâquis, gravir le Salève, footing en Vieille-Ville, etc.). Au total, l’enseigne emploie 250 personnes, correspondant à un ratio chambres/employés unique en Suisse de 2,3, soit un taux proche de ceux rencontrés dans l’hôtellerie asiatique.

Pour atteindre cet objectif de rentabilité, le Four Season Hotel des Bergues se devait d’ouvrir ses nouvelles infrastructures aux Genevois. «L’autre but du dispositif est de diversifier notre clientèle – principalement d’affaires, mais aussi d’écoles privées ou de cliniques – en attirant les touristes du week-end, pour passer d’un taux d’occupation dominical de 40% [ndlr: contre 30% en moyenne dans les 5-étoiles genevois] à 50%», poursuit José Silva. Corollaire de cette stratégie: le dernier chiffre d’affaires de 40 millions de francs de l’établissement est censé se hisser à 50 millions en 2014.

De 40 millions de francs de ventes l’an passé, l’établissement compte atteindre les 50 millions en 2014

Publicité