25 janvier 2011, 22h ■ Surprise allemande

Cette année les directeurs généraux (DG) font preuve de «confiance et d’optimisme comme ils ne l’avaient pas fait depuis la crise. […] Ils parlent moins de survie de leur entreprise qu’en 2011 dernier, et davantage de leur croissance.»

En Europe, l’enthousiasme des patrons allemands a «surpris» Dennis Mally: 80% d’entre eux se déclarent «très confiants» pour les douze mois qui viennent; «ils n’étaient que 20% il y a une année!» Toujours en Europe, parmi les DG qui affichent au moins une certaine confiance, neuf sur dix pensent que leur entreprise «va grandir en 2011, mais pas sur leur marché historique. Tous regardent vers la Chine.»

■ Redémarrage de l’emploi

«Un dirigeant sur deux a prévu d’embaucher cette année, ils n’étaient que 40% il y a un an. Et seulement 16% prévoit de couper dans les effectifs, contre 25% auparavant.»

■ Bulle dans les émergents?

Pour Dennis Nally, les DG imaginent que la «croissance y est durable».

■ La Russie délaissée

Le rapport de PWC cite abondamment la Chine, et dans une moindre mesure le Brésil et l’Inde. La Russie, presque pas. «La Russie a du travail à faire», estime-t-on chez PWC, «en particulier sur le plan institutionnel», pour attirer l’attention des grands patrons.

■ Nouvelles préoccupations

«Oubliée la crainte d’une rechute de l’an passé. La volatilité de l’économie l’a remplacée en tête de leurs préoccupations.»