Le groupe boursier allemand Deutsche Börse a soumis vendredi son projet de rachat du London Stock Exchange à l'Office anti-cartel allemand (Bundeskartellamt), qui dispose de quatre mois pour se prononcer, a indiqué une porte-parole de cette administration. Elle n'a pas précisé si cela signifie que Deutsche Börse a déjà fait une offre formelle au groupe de Londres (LSE), tout en soulignant que le Bundeskartellamt n'étudiait un projet de fusion que s'il était «suffisamment concret».

Le dépôt du projet auprès du gendarme de la concurrence intervient au lendemain de discussions à Londres entre le patron de Deutsche Börse, Werner Seifert, et son homologue du LSE, Clara Furse. Le gestionnaire de la Bourse de Francfort a lancé mi-décembre une offre informelle de rachat de 530 pence par action, rejetée par le LSE, qui a toutefois accepté de discuter.

La fusion, si elle a lieu, risque de buter sur de nombreux obstacles en termes de concurrence, préviennent d'ores et déjà plusieurs observateurs.

Par ailleurs, la réunion au cours de laquelle Euronext a présenté au London Stock Exchange sa proposition de fusion s'est terminée vendredi soir. Des sources proches du dossier ont expliqué vendredi que les deux parties devraient se réunir à nouveau la semaine prochaine, pour évoquer les enjeux touchant à l'informatique et à l'intégration en cas de rapprochement.