Diplomatique, sereine, mais ferme, Musdhalifah Machmud, vice-ministre indonésienne de l’Agriculture. «Nous respectons le système politique suisse qui tient compte de la voix de citoyens, a-t-elle lancé jeudi lors d’un entretien avec Le Temps en marge d’une mission à l’OMC à Genève. Il va de soi que nous n’allons pas intervenir dans un processus politique qui est propre à la Suisse. Mais nous espérons que les Suisses saisiront les enjeux et se prononceront en connaissance de cause.» Et d’insister: «Notre respect est naturel. D’autant plus qu’après l’Inde et les Etats-Unis, l’Indonésie est la troisième plus grande démocratie du monde.»

Lire aussi: «Il n’existe pas d’huile de palme durable»: référendum contre l’accord de libre-échange avec l’Indonésie