C’est l’hiver à Maurice, petite île tropicale au milieu de l’océan Indien et destination de choix pour des milliers de touristes. Lundi, la mer était agitée et le vent a soufflé fort. Les centaines de volontaires qui se sont mobilisés ces derniers jours pour circonscrire la nappe d’hydrocarbure déversée par le navire Wakashio naufragé au large, n’ont pu que constater le désastre, qui s’aggrave d’heure en heure. Tout comme les équipes dépêchées en mer pour pomper le carburant vers d’autres tankers. Pour ne rien arranger, le vraquier de 300 mètres, qui avait 3800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel au départ, risquait de se casser lundi soir.

Lire aussi: Une marée noire menace l’île Maurice